Cadeaux : pour Noël, offrez des séries !

© National

Comme chaque année à l’aube des fêtes, Focus vous partage son choix d’articles culturels à offrir à vos proches.

Euphoria (saisons 1+2)

© National

Libre adaptation de la création israélienne du même nom, Euphoria s’est rapidement imposée comme la série de référence en matière de vague à l’âme adolescent dopé aux drogues, au sexe et aux questions identitaires. Ses deux premières saisons sont aujourd’hui coffrées dans un box 5 DVD bourré de suppléments qui contient aussi ses deux épisodes spéciaux de Noël.

Distribué par Warner. Prix: environ 30 euros.

Peaky Blinders – L’intégrale

© National

Aussi ombrageuse, brûlante, nihiliste et fascinante que sa bande-son rock, Peaky Blinders a élevé au-dessus de la mêlée le destin de Tommy Shelby et de son clan de gitans mafieux. Depuis les pavés et les fourneaux de Birmingham jusqu’aux antichambres du pouvoir, puis de part et d’autre de l’Atlantique, leur saga flirte avec le mystique, le tragique d’une Histoire britannique peu reluisante. Cette fresque dantesque bénéficie d’un traitement de roi (douze DVD pour six saisons), riche d’interviews et de making of, culminant avec un entretien définitif de Cillian Murphy (Tommy Shelby).

Distribué par Arte éditions.Prix: 60 euros.

Narcos, Mexico – L’intégrale des saisons 1 à 3

© National

L’ascension et la chute, dans les années 80, du visionnaire Felix Gallardo ont inspiré trois saisons de calculs cyniques, de rivalités endémiques et de violences exubérantes dans la ligne de la franchise Netflix entamée en 2015. Garnie d’entretiens et de mini-documentaires, la collection, certes addictive, est aussi le meilleur outil de sevrage à toute consommation de came, tant elle rend compte des prix humain et sanguin continuellement versés au trafic.

Distribué par Gaumont. Prix: à partir de 45 euros.

Better Call Saul – L’intégrale

© National

Conçue comme un spin-off de Breaking Bad, Better Call Saul a vécu sa propre vie durant six saisons, non sans opérer quelques crossover avec la série-mère. Les mésaventures de Jimmy McGill alias Saul Goodman(Bob Odenkirk), avocat borderline aux méthodes héritées de son passé d’escroc, sont réunies en un seul coffret pour 45 heures et plus de bonheur indicible, de retrouvailles avec des personnages piquants tels le taciturne Mike Ehrmantraut ou encore les inquiétants Nacho et Lalo. Au-delà des six saisons accomplies, dont la qualité n’a jamais (ou si peu) été démentie, le coffret se montre généreux envers les fans, proposant les inévitables épisodes commentés, et de nombreux goodies savoureux: Slippin’ Kimmy, une vidéo hommage au personnage de Kim Wexler, la compagne de fortune et d’infortune de Saul; des vidéos de formation à la sécurité de la société Madrigal (où travaille Ehrmantraut); des bêtisiers et documentaires à foison; des grilles de lecture d’épisodes culte. Et quelques surprises autour des liens ténus qui unissent la série à Breaking Bad.

Distribué par Sony Pictures. Prix: 50 euros.

Rick and Morty (saisons 1-5)

© National

Jusqu’où peut-elle aller dans l’irrévérence trash et le génie absurde? Vers l’infini et au-delà, ou quelque chose comme ça, à n’en pas douter… Véritable petit régal iconoclaste de pop culture métaphysique centré autour des aventures cosmiques d’un vieux savant fou et de son jeune protégé-cobaye, Rick and Morty nous sert depuis près de dix ans déjà un décoiffant cocktail d’animation SF qui ne s’essouffle jamais et, mieux même, se bonifie avec l’âge. Absolument rien à jeter, donc, dans ce généreux coffret compilant les cinq premières saisons de la série cornaquée par Justin Roiland (Solar Opposites) et Dan Harmon (Community). Soit, en tout, quelque 51 épisodes de délire halluciné à l’humour hyper référencé et corrosif à souhait épicé d’une multitude de voyages spatio- temporels à même de vous retourner le cerveau. “Wubba lubba dub dub!

Distribué par Warner. Prix: environ 50 euros.

Partner Content