Cadeaux : notre sélection de livres à placer sous le sapin

© National

Comme chaque année à l’aube des fêtes, Focus vous partage son choix d’articles culturels à offrir à vos proches.

Musée Marilyn

© National

Vous voici prêts à entrer dans un dispositif littéraire singulier, fruit de sept années d’enquête minutieuse dans les archives photographiques (1944-1962) de celle qui s’est un jour appelée Norma Jeane Baker puis devint Marilyn Monroe. C’est un lieu où les images sont centrales et n’apparaissent pourtant jamais (on pense ici parfois à Un jeune homme trop gros d’Eugène Savitzkaya, consacré à Elvis Presley, à peine sous couverture). Anne Savelli nous convie en effet ici à suivre le guide (jusqu’à quel point est-il un narrateur neutre voire fiable?) d’un musée fictionnel consacré à la construction d’une icône par portraits réels interposés (pris par André de Dienes, Eve Arnold ou Richard Avedon), mais aussi à tous les hors-champ potentiels de ces séances de pose, là où tout se jouait en matière d’intimité, de prédation ou de mélancolie latente. Dans les pas-de-deux entre photographe et modèle, le piège pouvait se refermer tantôt sur l’un, hypnotisé par celle qui atomise la pellicule et s’incarne, tantôt sur l’autre, droguée à ces instants où elle devenait éternité, où elle espérait échapper au sordide d’une existence pas si glamour une fois les spotlights éteints. Au-delà de fragmenter par le menu une galerie des glaces au pays des apparences trompeuses, de l’épuiser au sens perecquien (un exercice auquel Savelli excelle depuis Décor Lafayette), l’autrice nous tend souvent le miroir, à nous spectateurs, englués dans la toile des représentations et des impératifs de la séduction (“C’est dire où nous en sommes, dès qu’il s’agit de parler de la fille et de son corps”). Persistante rétinienne aidant, Musée Marilyn est un vertige éblouissant, pas juste destiné aux fans de l’actrice.

D’Anne Savelli, Éditions Inculte, 432 pages. Prix: 20,90 euros.

Straussphère

© National

De retour au printemps dernier avec l’attachant Tout peut arriver, Roméo Elvis fait aujourd’hui l’objet d’un beau-livre photo de près de 200 pages. Il faut dire que la matière ne manquait pas. Martin Gallone et Nicolas Catalano ont accompagné et documenté chaque étape du parcours du Bruxellois. Y compris quand celui-ci n’était encore qu’un jeune aspirant rappeur. Potes depuis l’ESA 75, école de photographie à Bruxelles, les trois ne se sont jamais lâchés. Et Martin Gallone et Nicolas Catalano d’être chaque fois présents pour shooter les moments-charnières de l’une des trajectoires les plus fulgurantes du rap belge, “de Bruxelles à New York, des fêtes de village aux festivals à 100 000 spectateurs, des maisons de jeunes à la tournée des Zénith”.

De Roméo Elvis, Martin Gallone et Nicolas Catalano, Éditions Michel Lafon, 192 pages. Prix: 29,95 euros.

L’intégrale de la saga Lonesome Dove

© National

Avec sa fresque Lonesome Dove parue aux USA entre 1985 et 1997 (prix Pulitzer 1986), Larry McMurtry, coscénariste du Secret de Brokeback Mountain, signait “la fin du western”. Histoire de Texas Rangers dans un État balbutiant, les cinq tomes de la série-culte sont réunis dans un coffret collector, goodies inclus.

De Larry McMurtry, Éditions Gallmeister, traduit de l’anglais (États-Unis) par Laura Derajinski, Richard Crevier et Christophe Cuq, 3248 pages. Prix: 65 euros

Le détail qui tue: petit précis de style de Marcel Proust à Rihanna

© National

Quel je-ne-sais-quoi pourrait à jamais changer la donne dans une tenue? Et si les artistes, même par inadvertance, avaient quelque chose à nous apprendre à ce sujet? Armés de leur sens de l’observation piquant et de connaissances culturelles solides, les partners in style Elisabeth Quin et François Armanet épluchent les placards des it- girls ou it-boys (de Debbie Harry à Marvin Gaye, de PJ Harvey à Edward Norton), depuis les couvre-chefs jusqu’à la lingerie. À travers des portraits emblématiques (comme Greta Garbo en compagnie d’un lion), on redécouvre des moments où l’élégance s’est jouée à un foulard ou à un ciré. Voilà un livre de mode avec un sacré supplément de panache…et qui vous évitera peut-être -qui sait- de recevoir une énième paire de chaussettes écossaises l’année prochaine!

De François Armanet et Elisabeth Quin, Éditions Flammarion, 312 pages. Prix: 29,90 euros.

L’Île au trésor

© National

Les récits de pirates n’existeraient pas sans cette matrice dont toute la pop culture respecte encore l’ensemble des codes et des clichés établis dès 1881 par Stevenson. Raison de plus pour relire cette île mythique et la faire découvrir aux plus jeunes, aidés par la manière dont Riff Reb’s magnifie visuellement lesdits codes et clichés véhiculés par Jim Hawkins, Long John Silver et autres Billy Bones. Des dizaines d’illustrations par un spécialiste de la mer, du genre et de Stevenson.

De Robert Louis Stevenson, illustré par Riff Reb’s, Éditions Daniel Maghen, nouvelle traduction de l’anglais par Jean-Jacques Greif, 304 pages. Prix: 39 euros

Le Monde de Maus

© National

Il y a 35 ans, Art Spiegelman publiait un roman graphique monumental sur la Shoah. Au croisement de la littérature, du documentaire et de l’art contemporain, Maus et son bestiaire donnaient vie à l’indicible. Signe des temps, les prémices du fascisme qu’identifie Vladek, personnage central du récit, réapparaissent aujourd’hui. Et ce n’est pas un hasard si le prix Pulitzer se retrouve au centre d’une guerre culturelle, au Tennessee notamment, où un comté l’a récemment retiré du programme scolaire. Deux bonnes raisons pour l’universitaire Hillary Chute de rassembler des textes de journalistes, écrivains et historiens qui aident à mieux comprendre par quels sortilèges -le rire et le contraste entre le sujet et son mode de représentation notamment- Spiegelman a réussi ce grand livre sur la mémoire et le traumatisme. Comme l’écrit le romancier Philip Pullman, “Maus est un chef-d’œuvre, de nature à engendrer le mystère et à poser plus de questions qu’il n’apporte de réponses”.

Textes rassemblés par Hillary Chute, Éditions Flammarion, 432 pages. Prix: 28 euros.

L’Histoire secrète de Kate Bush (& l’art étrange de la pop)

© National

C’est l’un des tubes les plus inattendus de l’année. Il a suffi d’une scène dans la série Stranger Things pour que le Running Up That Hill de Kate Bush retrouve les sommets des hit-parades, plus de 30 ans après sa sortie. Le timing parfait pour la jeune maison d’édition Le Gospel, qui publie, pour la première fois en français, L’Histoire secrète de Kate Bush (& l’art étrange de la pop). Sorti initialement en 1983, le livre de Fred Vermorel tranche tellement avec les biographies pop habituelles -écriture baroque, style obsessionnel- qu’il en est devenu culte.

De Fred Vermorel, Éditions Le Gospel, traduit de l’anglais par Adrien Durand, 160 pages. Prix: 20 euros.

Back to America

© National

Durant les années 30 et 40, les photographes de la Farm Security Administration -dont Dorothea Lange et Walker Evans- ont sillonné les États-Unispour documenter les conditions de vie et de travail des Américains englués dans la Grande Dépression. Ces images de stations-services, de rodéos, de scènes urbaines, de pique-niques, d’usines, etc. ont largement nourri notre imaginaire, au même titre que le cinéma hollywoodien de l’époque. Un imaginaire en noir et blanc. D’où la surprise de découvrir le travail de colorisation artisanal effectué par Sébastien de Oliveira sur 200 de ces clichés. L’effet est saisissant. Habillé de couleurs, l’American way of life gagne en sensualité ce qu’il perd en mystère.

De Sébastien de Oliveira, Éditions du Chêne, 256 pages. Prix: 40 euros.

Les Couvertures de livres

© National

Les couvertures nous en disent autant sur les livres qu’elles habillent que sur la manière dont leurs commanditaires souhaitent les vendre, et à qui.” Clémence Imbert retrace dans un ouvrage richement illustré l’Histoire de l’habillage des livres au XXe siècle, des défis graphiques aux enjeux commerciaux, des quelques lettres alignées aux délires colorés les plus fous.

De Clémence Imbert, Éditions Imprimerie nationale, 280 pages. Prix: 59 euros.

Mascarade

© National

Avec sa panoplie de poscas colorés ou noir et blanc, Mathieu Van Assche extrait sa collection de photographies anciennes du vernaculaire et de l’oubli pour les emmener en terrain mystérieux ou carnavalesque. De quoi, assurément, observer d’un œil plus averti les futures réunions de Noël… Qui sait de quel masque inquiétant pourrait se couvrir pour la postérité la taciturne Tante Germaine ou le fiancé de votre cousine, si l’artiste passait par là?

De Mathieu Van Assche, Éditions CFC, 112 pages. Prix: 22 euros.

Partner Content