Critique | BD

Le Soleil des mages

4,5 / 5

Mortis Ghost, L'Employé du Moi

Le Soleil des mages

96 pages

4,5 / 5
Olivier Van Vaerenbergh
Olivier Van Vaerenbergh Journaliste livres & BD

Sarmoumane le sorcier a tourné barjot. Son solo de saxo a tué le canari. Son ami Goudalf ne voit qu’une solution pour essayer de le sauver: détruire la bague magique détenue par l’innocent Prodon. Accompagnés de Samouel, Aragorrna et Yegolas, ils embarquent d’abord en voiture vers le Mourdor, avec un plan simple:  » Le moyen le plus simple d’éviter le poste-frontière, c’est de passer par l’ancien métro. Ensuite, on prendra le train jusqu’au Nordor. Le volcan est là. Si tout se passe bien, c’est plié demain et tout le monde profite de son dimanche. » Bienvenue dans « le Seigneur des anneaux autoroutiers »! Car oui, évidemment, les noms et l’intrigue générale de ce rayonnant Soleil des mages en rappelleront d’autres et c’est d’ailleurs l’idée: ne surtout pas faire une parodie du classique de Tolkien (et de Peter Jackson), mais bien une relecture contemporaine d’un récit qui débordait de tension, de combats titanesques et d’orcs bavant. L’ambiance est cette fois plus au team building contrit qu’à la fresque épique, l’intime des personnages en plus. Le tout porté par un Mortis Ghost ( Dr Cataclysm) détendu, mais toujours impeccable dans son humour, ses dialogues et son sens extrêmement bluffant du récit. Bref, formidable!

Partner Content