Critique | BD

[la bd de la semaine] La Brigade chimérique: Ultime renaissance

Olivier Van Vaerenbergh
Olivier Van Vaerenbergh Journaliste livres & BD

Le scénariste Serge Lehman ajoute une pierre contemporaine à l’hypermonde mis en place il y a douze ans. son but: ressusciter l’imaginaire français.

Métro parisien, aujourd’hui. Un vieil homme, sous le coup de la colère, se transforme en rat. Une aberration scientifique, qui vaut au professeur Charles Deszniak, dit Dex d’obtenir enfin l’accès aux archives secrètes de la République. Sa spécialité? « Certains êtres extraordinaires qui vivaient en Europe il y a un siècle et dont le souvenir s’est perdu; on appelle ça « explorer l’hypermonde »« . Un hypermonde qui avait volontairement disparu au début de la Seconde Guerre mondiale, et qui va, en partie, renaître de ses cendres. Revoilà le capitaine Lebris alias « L’homme truqué » devenu The Rigged Man, un cyborg de… 126 ans. Mais revoilà aussi Félifax, devenu femme-tigre au langage très châtié, la sorcière Palmyre (ou plutôt son arrière-petite-fille) et même le lieutenant Severac himself, celui, qui, sous le coup des radiations, était capable de se diviser en quatre entités distinctes, dont le Soldat Inconnu. Soit ensemble, la Brigade chimérique. Une brigade désormais ressuscitée et contemporaine, alors qu’aux confins de Jupiter, quelque chose se prépare: « Le vrai maître de la terreur arrive« , c’est-à-dire Chob, le titan de l’espace…

Amateurs de SF française, mais pas que, réjouissez-vous: Serge Lehman, après avoir beaucoup tourné autour, ose enfin une « vraie » suite à sa Brigade chimérique, six volumes publiés en 2009 et 2010 aux éditions Atalante, et première pièce d’un vaste édifice visant à redonner vie à toute une science-fiction française longtemps disparue et qui pourtant produisait du superhomme populaire bien avant Superman.

De Galactus à Watchmen

Dans l’entre-deux-guerres du siècle précédent, la littérature populaire et les illustrés francophones débordaient d’imagination et de super-héros. Une veine riche qui s’est soudain tarie avec la guerre, l’eugénisme nazi et la reprise en main du genre par les Américains, mais qui a toujours fasciné Serge Lehman. Mêlant figures historiques, surhommes directement issus de la littérature des années 1920, références et mises en abyme, La Brigade chimérique est rapidement devenue culte, suivie de différents préquels et sequels (Metropolis, L’OEil de la nuit, L’Homme truqué) qui, ensemble, donnent corps à un véritable univers à faire pâlir les scénaristes du MCU. Serge Lehman, avec Stéphane De Caneva au dessin (déjà derrière Metropolis), en rajoute donc une couche dont les références vont cette fois du Galactus de Jack Kirby aux Watchmen d’Alan Moore, sans oublier moult feuilletonistes des années 20. Reste un écueil, sans doute le seul: Delcourt a préféré vendre le tout en un seul gros volume plutôt que de le distiller en huit fascicules comme il a pourtant été conçu et découpé. Allez comprendre…

La Brigade chimérique: Ultime renaissance

Comics français. De Serge Lehman, Stéphane De Caneva, Lou, éditions Delcourt, 272 pages. ****(*)

[la bd de la semaine] La Brigade chimérique: Ultime renaissance

Partner Content