À la télé ce soir : How to Save a Dead Friend

© docs vostok
Julien Broquet
Julien Broquet Journaliste musique et télé

Il ne souffre plus. Nos larmes sècheront. Il n’y a plus rien à faire.” Le cimetière est tout blanc, recouvert de neige. Immaculé. Triste fin, cruel épilogue. On est à Moscou en novembre 2016. Une jeune femme enterre son mari. En 2005, Marusya avait 16 ans. Elle ne mangeait presque pas et dormait 14 heures par jour. Ses amis se suicidaient les uns après les autres et elle s’était encore plantée en chimie. Mettre fin à ses jours? Elle passait son temps à essayer de ne pas y penser. Du moins pas maintenant. Pas tout de suite. À l’époque, Marusya se mutilait avec coupe-papier, ciseaux, punaises, règles en plastique, éclats de CD et ampoules cassées… Elle était certaine de vivre sa dernière année. Elle avait même décidé de prendre sa caméra pour la filmer. Après, elle se foutrait en l’air. Elle ne le savait pas encore. Elle entamait une autobiographie dans laquelle elle raconterait dix ans de vie auprès de son petit ami.

Quand on dit que la Russie est pour les Russes, c’est de la connerie. La Russie est pour les tristes. On le sait. Du moins les réalistes.” Marusya a rencontré Kimi et ses longs cheveux blonds à la Kurt Cobain sur un forum grunge et elle a tout de suite compris qu’ils étaient faits pour s’entendre. Il la faisait rire. Il avait des marques aux poignets et il connaissait par cœur Joy Division (ils ont d’ailleurs appelé leur chat Ian comme mister Curtis). Kimi venait d’un quartier pas glop. “Si la Fédération de la déprime avait une capitale, ça aurait été Boutovo.” Et beaucoup de jeunes autour d’eux sont morts. Certains se sont jetés d’un toit. D’autres se sont balancés sous une voiture, se sont pendus ou ont fait une overdose.

Marusya s’est filmée à des concerts (elle avait un groupe), dans des fêtes et des manifs. Dans son intimité et son quotidien. Elle a aussi immortalisé la descente aux enfers. L’héroïne, les mensonges. La came qu’ils allaient chercher planquée dans de la pâte à modeler. Le prêteur sur gages à côté de chez eux… Puis aussi les cures de désintoxication à répétition. Parce que quand on se pique, on aime jouer à la roulette russe. Et on prend un peu plus que sa dose.”

How to Save a Dead Friend est un docu rock’n’roll avec des excès, de la détresse et de l’humour. Une plongée au pays de Poutine dans un monde sombre, sans espoir et sans avenir, éclairé par l’alcool et les drogues dures. Il évoque d’ailleurs le rapport à leur pays des deux jeunes gens et de leur famille. Marusya Syroechkovskaya a dû fuir la Russie lorsque la répression des voix de l’opposition s’est intensifiée en mars 2022…

How to Save a Dead Friend

Documentaire de Marusya Syroechkovskaya. À voir ce lundi soir/mardi matin à 1h55 sur Arte.

8

Partner Content