Volver

14/05/12 à 12:01 - Mise à jour à 12:01

Pedro Almodovar est un réalisateur qui marquera sans nul doute l'histoire du cinéma. Ce Volver, délice emmené par une Penélope Cruz fantastique, en est l'une des preuves.

VOLVER, DRAME DE PEDRO ALMODOVAR. AVEC PENÉLOPE CRUZ, CARMEN MAURA ET LOLA DUENAS. 2006. ***
Ce lundi 14 mai à 20h35 sur Arte.

Volver

© ARD/Degeto

Dans le sublime Tout sur ma mère, également programmé cette semaine, Penélope Cruz interprétait... une nonne (très charmante au demeurant!). Quelques années plus tard, elle retrouve Pedro Almodovar pour un Volver moins accompli sans doute, mais distillant une émotion certaine. L'actrice y incarne une mère de famille de milieu modeste, travaillant pour supporter un mari chômeur et une fille adolescente. Quand l'époux est tué (en légitime défense) par sa fille dont il allait abuser, Raimunda va devoir prendre des décisions radicales... Lourds secrets familiaux, mystère (peut-être) surnaturel, humour grinçant et pure émotion forment un cocktail capiteux, servi à bonne température par un cinéaste maître de son style, avec la complicité de comédiennes épatantes.

La Cruz est particulièrement surprenante en incarnation de la maternité, directement inspirée par l'immense Anna Magnani. Pour la Madrilène, née d'une mère coiffeuse et d'un père garagiste, danseuse professionnelle puis mannequin avant de venir au cinéma au début des années 90, Volver est un magnifique rôle de maturité, l'occasion aussi de montrer des qualités dramatiques plus profondes que celles exposées dans la partie plus "légère" de sa filmographie. Woody Allen lui en a donné une autre opportunité dans Vicky Cristina Barcelona, et a de nouveau engagé Penélope pour son prochain opus, Nero Fiddled, un hommage à la ville de... Rome! Le syndrome Magnani trouvera-t-il ainsi un prolongement? Il fait merveille, en tout cas, dans un Volver où l'actrice espagnole affiche une intensité digne des grands films néoréalistes des années 40 et 50. Le Prix d'Interprétation féminine au Festival de Cannes pour ce film, suivi d'un Oscar du Meilleur second rôle pour Vicky Cristina Barcelona, a signalé la reconnaissance d'une artiste ayant encore beaucoup à donner. Une artiste aux grandes possibilités dramatiques, même si une partie importante de sa popularité réside dans une image habilement déclinée en icône de marques comme Lancôme, qui fit d'elle le visage de son parfum Trésor.

Louis Danvers

En savoir plus sur:

Nos partenaires