Téléréalité à la croisée des chemins

13/07/10 à 15:40 - Mise à jour à 15:40

La trash TV n'est pas morte, malgré les prévisions. Mais chez nous, les chaînes commencent à avoir la nausée.

Téléréalité à la croisée des chemins

© DR

Nous écrivions il y a quelques mois que la télé-poubelle s'essoufflait. Que la flamme de souffre qui brûlait en elle depuis 2001 (et les débuts de la téléréalité dans nos contrées avec l'arrivée du Loft sur M6) avait connu un gros retour. Que l'heure était désormais à la télévision gentiment voyeuse (Un dîner presque parfait...), de coaching (Super Nanny...) et d'entraide (Extreme Makeover et ses multiples déclinaisons locales). Nous étions persuadés que l'indécence du déballage télévisuel d'intimité avait fini par faire baigner les dents du fond d'un téléspectateur gavé jusqu'à la gorge de tentations, stratégies, coups bas et trahisons.

Eh bien nous avions tort. La preuve? Secret Story revient sur TF1 pour une quatrième saison, et y est accueillie avec un enthousiasme qui ne faiblit pas. Cette année encore, des John-Christopher-Alexander et Alicia-Vanessa-Cynthia tout nus en plastique se tireront la bourre pour faire grimper leur cagnotte, et n'hésiteront toujours pas à feindre l'amour, la haine et l'amitié pour y parvenir. L'émission réalise chaque été des scores d'audience sans appel, la preuve qu'on n'a encore rien trouvé de mieux que la m.... pour attirer les mouches.

Cap ou pas cap?

Une recette encore plus pimentée pour Dilemme, le nouveau produit de W9 (petite soeur de M6), qui fait gagner des parts de marchés historiques à sa petite chaîne de la TNT. Dilemme, c'est, d'après ses slogans, de la téléréalité "nouvelle génération" (comme si l'autre était de papa), "zéro censure", "qui s'assume". Principe: proposer à des candidats castés dans des clubs de strip et des agences d'escortes des défis qui les répugnent contre de l'argent. A l'inverse, s'ils se défilent, ils font maigrir les économies de leur équipe et meurent de honte sous la pression collégiale. C'est ainsi qu'une participante a accepté d'être tenue en laisse et de manger dans une écuelle durant plusieurs heures, morceau de bravoure rapidement épinglé par un CSA français qui y a vu une "atteinte à la dignité humaine".

Outre le paroxysme de stupidité voire de cruauté atteint par certaines épreuves, la particularité de Dilemme vient aussi d'un casting exibitionniste qui passe énormément de temps à bouillonner du string au bord de la piscine et à se bagarrer entre deux fulgurances intellectuelles (ainsi d'une réflexion sur le périphérique, qui serait une cabine de montagne).

Et l'avenir, là-dedans? Donnera-il dans la surenchère? Possible. Mais la nouveauté, c'est que RTL, qui diffuse Dilemme jusqu'au 15 juillet via son canal Plug RTL, a eu un sursaut de sens moral. Elle a supprimé le flux live du programme, sur lequel elle n'avait pas de maîtrise éditoriale, pour ne proposer "que" les quotidiennes et hebdos, plus édulcorées. RTL qui a également postposé la diffusion de sa grosse cartouche de l'été, Trompe-moi si tu peux (sorte d'Ile de la tentation 2.0 présentée par Agathe Lecaron sur M6), renvoyé sur Plug. Une saine prise de conscience, qui ne peut toutefois faire oublier qu'à une époque pas si lointaine, le directeur des programmes de RTL (qui n'est plus en poste aujourd'hui) parlait, au sujet de la téléréalité, du degré zéro d'une télévision qui ne serait jamais programmée chez nous.

Myriam Leroy

En savoir plus sur:

Nos partenaires