Tchernobyl: une histoire naturelle?

25/05/10 à 11:44 - Mise à jour à 11:44

Hallucinant. Parce que ce documentaire pose une question géniale, relativement inédite -qu'est donc devenue la zone interdite de Tchernobyl?- et qu'il y répond avec force, moyens, crédibilité, nous laissant fasciné et pantois au bout d'une heure et demie.

Tchernobyl: une histoire naturelle?

© Reuters

DOCUMENTAIRE D'ANTOINE BAMAS.
Ce Mardi 25 mai à 20.35 sur ARTE


Tchernobyl, c'est évidemment l'explosion du réacteur n°4, un jour d'avril 1986. C'est aussi un nuage radioactif bien décidéà s'offrir un tour d'Europe au gré du vent. Ou des images de malformations et cancers qui firent, elles, le tour du monde.

Mais Tchernobyl, c'est également une ville. Ou plutôt, c'était une ville, avant que l'URSS décide, manu militari, d'évacuer toute âme humaine vivant dans un rayon de 30 kilomètres autour de la centrale. Laissant à la nature l'opportunité de recoloniser à sa manière -foisonnante, libre, sauvage- cette zone interdite, quand la force des radionucléides fut suffisamment faible pour laisser les chromosomes des nouveaux habitants en (relative) paix.

Depuis, une poignée de scientifiques mondiaux vouent leur vie à ce cas de figure totalement inédit. Antoine Bamas les a suivis dans la zone interdite, constatant avec nous que la nature y a non seulement repris ses droits, mais qu'elle semble en outre s'y porter comme un charme!

APOCALYPSE

Visions hallucinantes... Que dire de ces morceaux de villes où l'on voit poindre le museau d'un cerf à la fenêtre d'un appartement, façon "c'est moi le nouveau voisin du troisième"? On se croirait dans un film d'apocalypse, dans L'Armée des 12 singes ou dans I am Legend, avec des ours, des loups et un écosystème qui voyage en DeLorean. Et puis au sol, il y a ces souris radioactives en pleine forme ou ces pins devenus fous; en l'air, des hirondelles qui accusent le coup et des bouleaux à la sève adolescente; le tout dans un univers où mutations bizarroïdes et pure normalité se côtoient dans une harmonie mystérieuse.

Qui réagit mieux à quoi, pourquoi, comment, en tenant compte de quel facteur naturel ou extérieur à la radioactivité? Le documentaire d'Antoine Bamas pose certainement encore plus de questions qu'il n'amène de certitudes. Car dans chaque tiroir à réponses gît une nouvelle salve d'interrogations. Mais diable qu'il est énorme, ce film! l

Guy Verstraeten

En savoir plus sur:

Nos partenaires