Still Life

26/01/11 à 08:48 - Mise à jour à 08:48

Arte nous offre avec Still Life, film difficile mais somptueux, l'un des chefs-d'oeuvre du nouveau cinéma chinois, par le réalisateur Jia Zhang, des plus inspirés.

Still Life

Jia Zhang Ke est sans nul doute un des cinéastes les plus talentueux de sa génération. Ses films ont pour objet de capter l'âme et la réalité d'une Chine en plein changement, et Still Life s'inscrit à merveille dans cette perspective particulière.

Il nous emmène cette fois dans la région de Fengje, voisine du fameux (et contesté) barrage des Trois Gorges, ouvrage monumental qui a mis sous eau des villes entières. C'est le cas de celle où San Ming est revenu pour retrouver son ex-femme et leur fille, qu'il n'a plus vues depuis une quinzaine d'années. Mais la maison où ils vécurent ensemble dort désormais sous des mètres d'eau...

L'homme croisera une femme qui, pour sa part, cherche son mari disparu depuis deux ans. Jia Zhang Ke filme avec une rare maîtrise ces deux parcours amoureux qui se croisent et s'enlacent. Il situe ces récits fictionnels dans un cadre tout ce qu'il y a de plus réel, et donne à nombre de séquences de Still Life un aspect quasi documentaire. Des gens de la région s'expriment en effet de manière directe devant la caméra, apportant au film un supplément de vérité qui en fait une expérience très forte pour le spectateur.

Certes le style de Jia n'est pas des plus commerciaux, et demande attention, patience, pour révéler ses beautés. Mais une fois en harmonie avec lui et ses personnages, l'émotion devient grande et persistante. Ce petit chef-d'oeuvre du jeune cinéma chinois (lequel "bouge" énormément, malgré la censure du pouvoir) est une découverte que tout cinéphile se doit de faire.

Still Life, 22.40 sur Arte.
Drame de Jia Zhang, avec Han Sanming, Zhao Tao, Huang Yong. 2006.

Louis Danvers

En savoir plus sur:

Nos partenaires