Sous la main de l'autre

17/06/11 à 11:06 - Mise à jour à 11:06

L'emprise du bourreau sur sa victime ne s'arrête pas avec les sévices. Ce documentaire propose de suivre pendant plus d'un an des victimes de la torture en psychothérapie dans un centre spécialisé en Suisse.

Sous la main de l'autre

© RTBF

Pas toujours évident de regarder la réalité en face. Surtout quand elle touche aux souffrances ultimes, celles du corps qui se muent en attentats permanents contre l'esprit. La réalité de ces gens venus d'ailleurs, frappés par la torture dans leurs contrées d'origine, la caméra de Dominique Henry la capte quelque fois droit dans les yeux des thérapeutes suisses qui tentent d'alléger le poids de ce fardeau.

On se trouve en effet à Lausanne, dans un centre thérapeutique où les victimes de tortures, souvent accompagnées d'interprètes, peuvent venir se confier. Evidemment les témoignages font froid dans le dos, touchent, révoltent. Des années après les sévices encourus, ces femmes et hommes gardent le fantôme de leur histoire comme un partenaire de vie qu'il faut dompter, sous peine d'être dompté soi-même. Pas facile d'entendre le récit de ce réfugié politique aux pieds battus par la dictature et qui, pour évacuer le stress que lui cause encore aujourd'hui ce mal, se sent obligé de se frapper lui-même les pieds.

Si le question-réponse avec les thérapeutes manque parfois de rythme, le film masque cette "lacune" par des scènes d'une grande intensité. Parallèlement, le montage nous plonge dans un procès situé au Cambodge. Et ce n'est plus de la victime dont on s'occupe, mais bien du bourreau khmer, dont une spécialiste tente de décrypter les motivations en plein tribunal. Le miroir est donc abordé par ses deux faces, dans un documentaire diffusé en préambule à la Journée Internationale des Nations-Unies pour le soutien aux victimes de la torture.

Dans la foulée, La Trois programme d'ailleurs Torture made in USA, un film aux relents moins intimistes mais tout aussi glaçants.

Sous la main de l'autre, 21.05 sur La Trois.

Documentaire de Dominique Henry et Vincent Detours.

Guy Verstraeten

En savoir plus sur:

Nos partenaires