Planète en question - L'homme qui cachait la forêt

21/01/11 à 13:11 - Mise à jour à 13:11

Claquer des doigts toutes les 4 secondes, c'est entrer dans la cadence à laquelle on supprime, hectare par hectare, les étendues forestières dans le monde. Froid dans le dos.

Planète en question - L'homme qui cachait la forêt

Ce samedi 22 janvier à 21h05 sur La Trois

DOCUMENTAIRE DE JEAN-PHILIPPE MARTIN, ***

Pour ce documentaire inscrit dans la pertinente série Planète en question, Jean-Philippe Martin et Claude Bourgeois ont baladé leur attention au Laos, formidable pays de l'éléphant où l'animal emblème perd ses repères à mesure que son habitat naturel s'étiole. Les auteurs ont suivi 3 projets, 3 initiatives locales marquées du sceau "développement durable" et qui tentent, vaille que vaille, de freiner le bulldozer de la déforestation. C'est par le biais d'une poignée d'écologistes étrangers que l'on prend conscience, dans le film, de l'urgence de la situation. Quelques idéalistes se livrent ainsi corps et âme à la cause, portés par l'espoir de conscientiser la population locale à l'importance de son patrimoine forestier.

Ainsi de cet anglophone donnant des cours de développement durable dans une école où les élèves, forts notamment de leur savoir ancestral lié au pouvoir guérisseur des plantes, sont invités à inverser les rôles avec leurs enseignants. Ainsi de ce Français perché haut dans une cabane, le zoom fixé sur les primates rares qui peuplent cette réserve naturelle. L'objectif? Conscientiser, par un tourisme respectueux, à l'importance de cette préservation naturelle. Le Laos, il faut le rappeler, possède l'une des derniers forêts primaires d'Asie... Les derniers, 2 Français décidés à sortir les éléphants de leur intense labeur -ils transportent eux-mêmes, harassés, les arbres déracinés qui participent au sabotage de leur habitat!- pour leur donner la chance de se reproduire. Ce n'est certes pas la première fois qu'un documentaire parle de la déforestation, mais il rappelle fort opportunément que le découragement n'a pas encore gagné tout le monde. Et que la résistance est un travail de longue haleine. Ici ou ailleurs.

Guy Verstraeten

En savoir plus sur:

Nos partenaires