Mort à Koh Lanta: un 2e témoignage met en cause la production

29/03/13 à 14:23 - Mise à jour à 14:22

Alors qu'Adventure Line a porté plainte pour diffamation et qu'une enquête pour homicide volontaire a été ouverte, RMC publie un deuxième témoignage qui remet en cause la version des faits de la société de production sur la mort de Gérald Babin pendant le tournage de l'émission de TF1.

Mort à Koh Lanta: un 2e témoignage met en cause la production

© Capture d'écran YouTube

La production aurait-elle été trop loin pour repousser les limites physiques de Gérard Babin, décédé d'une crise cardiaque pendant le tournage Koh-Lanta vendredi 22 mars? Alors que l'autopsie du corps doit être menée ce vendredi matin, c'est ce qu'affirme un deuxième témoin, interrogé par RMC. Ses propos semblent corroborer les accusations soulevées par un premier témoignage, publié sur le site d'Arrêt sur images. Sur @si, ce témoin, décrit comme appartenant à la boîte de production, affirmait que le jeune homme de 25 ans n'aurait pas été secouru à temps par l'équipe médicale de l'équipe lors qu'il s'était effondré et réclamé un médecin.

Face à ces accusations, Adventure Line, la société de production de l'émission, a porté plainte pour diffamation contre Arrêt sur images: "L'enquête judiciaire dira nécessairement toute la vérité sur les causes et circonstances du décès de Gérald Babin et démontrera que toutes les règles de sécurité ont été respectées. Dans l'immédiat, ALP poursuivra tous ceux qui se permettraient d'instrumentaliser la mort d'un homme pour porter des accusations mensongères et malveillantes."

La production nie toutes les accusations

Malgré ces mises en garde, un deuxième témoignage anonyme accable ce vendredi la société de production. Selon lui, elle aurait fait preuve de négligences. Le témoin raconte notamment la même scène d'intervention tardive du médecin et assure que le candidat aurait appelé à l'aide, en vain. [Lire le témoignage sur RMC]

Après le premier témoignage publié sur @si, la production avait réfuté toutes ces accusations, assurant notamment que le candidat a été pris en charge par le médecin dès ses premières crampes, qu'il a ensuite été évacué en bateau vers l'infirmerie, victime pendant le trajet d'un premier arrêt cardiaque. Le médecin aurait aussitôt effectué un massage cardiaque. Gérald aurait ensuite été transféré en hélicoptère vers l'hôpital cambodgien. Son coeur aurait définitivement arrêté de battre quelques minutes après son arrivée. Contactée par Le Vif/L'Express ce jeudi, la société de production n'a pas (encore?) répondu à nos questions.

Cécile Jandau

(source)

En savoir plus sur:

Nos partenaires