Lio, un poison nommé Wanda

15/02/11 à 07:52 - Mise à jour à 07:52

Tout ça... (ne nous rendra pas la Congo), l'excellent magazine post-Strip-Tease, nous emmène sur les traces de la plus célèbre de nos Wanda, la dame Lio.

Lio, un poison nommé Wanda

© RTBF

Alors là, on ne pouvait pas pondre plus mensonger comme titre! Au vu de ces images, Lio est loin d'être un poison. Bien au contraire, on la découvre adorable, drôle et simple, très loin de l'image de diva chichiteuse qu'on s'était faite d'elle suite à son expérience de jurée à la Nouvelle Star. C'est tout le registre contrasté sur lequel joue cet épisode de Tout ça... D'un côté la vedette glamour de papier glacé, de l'autre la nana normale avec des valises sous les yeux qui achète des figurines Nintendo au supermarché pour ses enfants.

Didier Verbeek a suivi la chanteuse et actrice belgo-portugaise dans deux de ses biotopes: le plateau de M6, et les salles parfois miteuses où elle tournait avec Jacques Duvall et Miam Monster Miam au moment du tournage. A gauche les robes de créateurs et le Dom Pérignon dans la coupette, à droite la même chasuble tous les soirs et un gobelet plein de piquette. Une armada d'assistants qui la parent de mille feux, et deux vieux potes à qui elle se plaint de sa mine chiffonnée. Les ados à paillettes et les punks à crêtes. Une construction qui joue le jeu des oppositions avec une jolie subtilité, et qui réserve des scènes tendres et savoureuses. Comme lorsque Lio papote chirurgie esthétique avec un Jacques Duvall pas trop concerné, ou qu'elle distille des trucs et astuces à ses compagnons de concerts pour qu'ils aient droit eux aussi à un petit-déjeuner gratuit dans les grands hôtels. Un film dont on sort avec une nouvelle copine, chouette!

Tout ça (ne nous rendra pas le Congo), Lio, un poison nommé Wanda, 21.55 sur La Une.

Documentaire de Didier Verbeek.

Myriam Leroy

Nos partenaires