Les rebelles du foot - Sócrates

15/06/12 à 17:04 - Mise à jour à 17:04

C'est le cas de Sócrates, footballeur génial, docteur et militant de gauche, qui est évoqué aujourd'hui dans cette série documentaire passionnante.

Les rebelles du foot - Sócrates

© DR

Les rebelles du foot - Sócrates, documentaire de Gilles Perez et Gilles Rof. ***
Ce vendredi 22 juin à 20h00 sur La Deux.

Bien sûr, le football est souvent synonyme de bides à bière, de chapeaux grotesques à grelots et de pizzas froides. Il peut aussi évoquer l'argent, la corruption, les babes, la vulgarité bling-bling d'une bande de gamins à qui l'on a dit que le monde leur appartenait.

Mais il est également porteur de valeurs fondamentales, traversé d'histoires héroïques, citoyennement engagé. C'est ce foot-là que Gilles Perez et Gilles Rof ont voulu mettre en lumière à travers une série de cinq documentaires originaux, loin des clichés du sportif aux muscles aussi gonflés que la boîte crânienne est vide -à voir du 21 au 24 juin ainsi que le 1er juillet sur La Deux.

Chacun d'eux se penche sur un destin particulier, celui de Didier Drogba, Carlos Caszely, Rachid Mekhloufi, Predrag Pasic, et aujourd'hui, Sócrates.

Dit "Le docteur", parce qu'il était médecin, le Brésilien Sócrates, mort en décembre dernier, incarnait autant une trajectoire sportive qu'une symbolique politique, celle de la démocratie corinthienne. Le footballeur avait instauré dans son club une sorte de laboratoire de la société brésilienne idéale (alors dictature militaire), où chacune des décisions devait faire l'objet d'un vote collégial, tant de la part des joueurs que des satellites du club (entraîneurs, médecins, intendants...).

A l'aube des années 80, même un arrêt pipi avec l'autobus de l'équipe était soumis à l'approbation du groupe, tout comme le retour anticipé d'un joueur au pays pour y retrouver sa dulcinée. Une philosophie qui a percolé dans le grand public. L'ancien président brésilien Lula, invité à témoigner dans ce documentaire à la narration assurée par un grandiloquent Eric Cantona, souligne "Dans les autres équipes, ils ont des supporters. Chez les Corinthians, ils ont des militants."

My. L.

Nos partenaires