Le Petit Prince sur la planète XXIe siècle

24/12/10 à 08:40 - Mise à jour à 08:40

Le Petit Prince, ce petit blond à la rose rouge débarque sur les petits écrans, pour sauver de nombreuses planètes. Une folle aventure de production et d'animation. Où le héros s'adressant à l'origine au monde des adultes s'ouvre désormais aux plus petits.

Le Petit Prince sur la planète XXIe siècle

© RTBF

Avant Mylène Farmer, une autre célébrité avait supplié "Dessine-moi un mouton!" Le petit prince, gamin blond confrontéà l'absurdité du comportement adulte, est de retour (comme le suppliait le narrateur de l'histoire originelle dans ses dernières lignes). Durant 52 fois 26 minutes (la RTBF propose les deux premiers épisodes de la saga cet après-midi et garde la suite pour 2011), il voyagera dans l'espace, à la recherche de sa planète tout en mettant de l'ordre sur celle des autres.

France Télévisions porte ce projet de série animée depuis de nombreuses années. 18,6 millions ont été investis dans l'audacieuse entreprise (si bien que même Orson Welles et James Dean avaient renoncé à l'adapter à l'écran), un budget pharaonique pour une production française. Il faut dire que Yannick Noah en interprète le générique et que Marie Gillain et Guillaume Gallienne prêtent leur voix à des personnages récurrents, de quoi faire grimper la note. Quatre-vingt pays ont acquis les droits de diffusion de ce Petit Prince 2.0 tout en images de synthèse, japonisé et "jeu vidéoisé", mais dont la délicate poésie évoque les films de Michel Ocelot.

Il ne s'agit pas d'une transposition mais d'un hommage à l'oeuvre d'Antoine de Saint Exupery: le héros est ici "cadré" à hauteur d'enfant, tandis que le livre originel narrait ses aventures d'un point de vue adulte (c'est sans doute la raison pour laquelle il est parfois hermétique aux plus jeunes). Une fidélitéà l'esprit plutôt qu'à la lettre de Saint Ex: la plus astucieuse façon de célébrer son génie sans dénaturer son discours.

Le Petit Prince, 17.00 sur La Trois.
Avec les voix de Marie Gillain, Guillaume Gallienne.

Myriam Leroy

En savoir plus sur:

Nos partenaires