Le bourlingueur et les pythons de Birmanie

05/10/10 à 09:30 - Mise à jour à 09:30

Pour cette nouvelle version des Carnets du bourlingueur, Philippe Lambillon nous emmène aux Etats-Unis, où d'énormes pythons qu'on avait cru utiliser comme gentil animal de compagnie sont laissés dans la nature, et dérèglent tout l'écosystème.

Le bourlingueur et les pythons de Birmanie

© RTBF

Même s'il a un petit air de reportage choc sauce RTL, le premier sujet de ces nouveaux Carnets du Bourlingueur a de quoi donner des frissons dans les chaussettes.

Aux Etats-Unis, pays aux inépuisables sources de déviance, les serpents ont la cote pour le moment. Certains les portent comme bracelet, d'autres comme collier. Pas tous les serpents évidemment: quand Jean-François Python de Birmanie commence à ressembler à un joli tuyau de 7 mètres, vaut mieux pas trop essayer de le tester. Docile en général, la bestiole a parfois tendance à réinterpréter à sa façon l'adage selon lequel "il ne faut pas mordre la main qui te nourrit (avec une souris)".

En quelques décennies, plus de quinze Américains auraient déjà trouvé la mort, étouffés par leur brave reptile... Alors, forcément, quand le petit serpent rigolo devient une grosse machine à tuer des bébés (histoire douloureusement vraie), on a tendance à le débarquer dans les Everglades, en Floride. Au prix d'un dérèglement de l'écosystème. Dans les Everglades en effet, c'est l'alligator qui est censé donner le tempo: mais le python birman lui chipe sa nourriture quand il n'essaye pas, plus simplement, encore de se faire une brochette alligatorienne. D'où cette ahurissante photo d'un serpent ayant littéralement explosé en tentant d'avaler un alligator de... deux mètres.

Les autres reportages servis par l'équipe de Philippe Lambillon n'échappent pas à leur réputation en étant tout aussi interpellants. On y parle sida en Russie, contrefaçon en Chine ou immigration en Australie: on y voit comment le sous-continent sélectionne strictement les candidats à la citoyenneté. En éjectant les autres comme de vieux déchets ménagers usités. Le tout bien évidemment entrecoupé des séances de survie sans lesquelles le Bourlingueur ne serait plus le Bourlingueur.

Les Carnets du Bourlingueur, 20.15 sur La Une.

Magazine proposé par Philippe Lambillon.

Guy Verstraeten

Nos partenaires