La tourneuse de pages

31/05/11 à 14:58 - Mise à jour à 14:58

Mélanie, jeune pianiste, tente le concours d'entrée au conservatoire mais échoue, perturbée par l'attitude désinvolte de la présidente du jury, Madame Fouchécourt. Dix ans plus tard, un concours de circonstances l'amène à devenir la gouvernante du fils Fouchécourt.

La tourneuse de pages

© RTBF

Mélanie possède un don pour le piano. D'origine provinciale et modeste, elle gravit, toute jeune, les marches menant au Conservatoire. Mais à l'examen d'entrée, la désinvolture blessante de la présidente du jury, une pianiste de renom, lui fait perdre ses moyens, et brise net ses espoirs de carrière musicale...

Des années plus tard, l'enfant devenue jeune femme se fera engager comme tourneuse de pages (l'assistante qui tourne les pages de la partition pendant que l'artiste joue)... par la pianiste en question, Ariane Fouchécourt. Laquelle ignore qui est cette pâle créature attentive, diligente et dévouée, et quelles sont ses véritables intentions...

Captivant spectacle que ce drame aux accents de thriller, au suspense quasi hitchcockien, à l'ambiguïté savante et non dénuée d'émotion! La mise en scène de Denis Dercourt est remarquable et fluide. Devant la caméra, Catherine Frot est une fois de plus parfaite dans le rôle d'Ariane. La jeune actrice belge Déborah François, révélée par les frères Dardenne dans L'Enfant, confirme dans le personnage de Mélanie l'étendue d'un talent qui n'a pas fini de s'épanouir sur un registre étendu. Cette Tourneuse de pages fut très méritoirement appréciée par la critique, et le public des salles de cinéma lui réserva aussi un très bon accueil. Une oeuvre à voir et même à revoir, tant sa mécanique cinématographique et humaine fourmille de détails significatifs, augmentant le plaisir du spectateur attentif.

La tourneuse de pages, 20.25 sur La Deux.
Drame de Denis Dercourt, avec Catherine Frot, Déborah François, pascal Greggory. 2006.

Louis Danvers

En savoir plus sur:

Nos partenaires