L'agence N°1 des dames détectives

29/07/11 à 13:36 - Mise à jour à 13:36

C'est une Afrique étonnante que nous montre L'Agence n°1 des dames détectives. Une Afrique joyeuse. Elle est l'héroïne d'une drôle de série, qui dynamite pas mal de codes de la télévision. Pour mieux cueillir le téléspectateur. Parce que L'Agence n°1 des dames détectives est une fiction follement aimable, poétique, réjouissante et visuellement léchée. Avec en tête d'affiche, la chanteuse Jill Scott.

L'agence N°1 des dames détectives

© HBO

C'est une Afrique étonnante que nous montre L'agence n°1 des dames détectives. Une Afrique joyeuse. Une terre qui vit, qui rit, traversée par une folle énergie, loin des images de crève-la-faim couverts de mouches dont les médias abreuvent les masses. Cette contrée-là, c'est le Botswana, un pays dont on ne parle jamais et pour cause: là-bas, tout va bien ou presque. Troisième producteur mondial de diamant, disposant d'un sous-sol riche en minéraux, en charbon et en pétrole, cet ancien protectorat britannique est l'une des régions les plus prospères du continent. Et l'une des moins corrompues -l'oganisation mondiale Transparency International la classe depuis quelques années loin devant une série de démocraties occidentales dont l'Italie.

Cette Afrique-là, moins opulente que coquette, est l'héroïne d'une drôle de série, qui dynamite pas mal de codes de la télévision. Lente, dénuée de suspense, souvent cousue de fil blanc... Ce sont pourtant HBO et BBC1 qui la produisent (grands spécialistes de la hype télévisuelle), et Anthony Minghella ( Le patient anglais) ainsi que Richard Curtis (Love Actually) qui l'ont créée. De quoi déstabiliser encore davantage le téléspectateur. Pour mieux le cueillir ensuite.

Boubous chamarrés

Parce que L'agence n°1 des dames détectives est une fiction follement aimable (au sens premier), poétique, réjouissante et visuellement léchée -on placarderait chacun de ses plans dans le salon, entre ses paysages urbains de couverture de Guide du Routard et ses boubous chamarrés.

Charmante aussi grâce à des personnages délicieusement naïfs, Mma Ramotswe (interprétée par la chanteuse Jill Scott) en tête, fondatrice de la fameuse agence, qui est davantage prétexte à s'occuper des petits maux quotidiens de la communauté qu'à des enquêtes policières de haut vol. Ses tâches vont ainsi de l'avis de recherche d'un chien disparu à la dissection d'un crocodile suspecté d'avoir avalé un baigneur, en passant par la mystification d'un dentiste sans diplôme. La série a beau être anglo-américaine, elle croque la société africaine en contournant ses clichés de la plus belle des façons, sans complaisance mais avec une infinie tendresse.

C'est mignon, c'est frais, ça ravigote comme jamais... Irrésistible.

Myriam Leroy

UNE SÉRIE HBO ET BBC 1, CRÉÉE PAR ANTHONY MINGHELLA ET RICHARD CURTIS. AVEC JILL SCOTT, ANIKA NONI ROSE, LUCIAN MSAMATI.

JEUDI 4 AOÛT, A 20H40, SUR ARTE.

En savoir plus sur:

Nos partenaires