Juliette Binoche dans les yeux

07/10/11 à 19:23 - Mise à jour à 19:23

Pendant un an, la réalisatrice et photographe Marion Stalens a accompagné sa soeur dans son travail d'actrice et dans ses différents projets artistiques.

Juliette Binoche dans les yeux

© CinéTévé

Voilà un documentaire qui ravira les nombreux adeptes du Stradivarius de la comédie qu'est Juliette Binoche. Croqué par sa soeur, ce portrait intime explorant les différentes facettes de sa boulimie de création la montre au naturel, sans fard, au sens propre comme au figuré. Dans sa voiture, aux fourneaux, de la peinture plein les mains et les vêtements... Mais aussi glamour lors d'un shooting photo commandité par une marque de cosmétiques, exaltée sur scène lors du spectacle de danse qu'elle a monté avec Akram Khan, sublime sur les Planches deauvilloises... Ceux que l'actrice agace, en revanche, sont priés de se tenir loin de cet objet filmique ne proposant pas grand-chose d'autre que "Juliette, je t'aime". Elle pourrait effectivement en sortir encore plus violemment antipathique. La faute à un mode d'expression bien à elle, que l'on qualifiera d'ésothérique à défaut de savoir s'il s'agit de snobisme ou de douce illumination.

A propos de la danse: "Pour moi, le mouvement doit être toujours relié à une histoire secrète un peu." Concernant les yeux, le regard: "C'est l'esprit qui rentre dans la matière." Sur sa prof de théâtre: "Elle m'a fait passer On ne badine pas avec l'amour et elle ne m'a pas lâchée. Jusqu'au moment où j'étais complètement perdue et je n'arrivais plus à dire les mots, je ne pouvais pas parler, et j'étais dans ce silence du rien. Une espèce de silence de pas savoir." On frise ici l'autoparodie, voire la version féminine du personnage d'Elie Semoun, Gérard Saint-Brice, metteur en espace de la troupe des farfadets de Limoges. Reste que la femme est passionnée par son travail, captivée par la vie et que son enthousiasme est communicatif.

Myriam Leroy

JULIETTE BINOCHE DANS LES YEUX, DOCUMENTAIRE DE MARION STALENS. ***

Ce dimanche 9 octobre à 22h40 sur Arte.

En savoir plus sur:

Nos partenaires