Jeanne Moreau l'affranchie, Dans la maison, Icarus... 10 immanquables à la télé cette semaine

30/03/18 à 10:33 - Mise à jour à 10:28

Source: Focus Vif

Documentaires, films, séries, sport... Notre sélection télé pour la semaine du 30 mars au 6 avril.

EUGÈNE DELACROIX, D'ORIENT ET D'OCCIDENT

Documentaire d'Arnaud Xainte. ***(*)

Dimanche 1/4, 16h20, Arte.

Jeanne Moreau l'affranchie, Dans la maison, Icarus... 10 immanquables à la télé cette semaine

© DR

On connait légitimement Eugène Delacroix, proclamé chef de file du romantisme, grâce à sa Liberté guidant le peuple, symbole pictural mondial du pouvoir populaire qui le voit rompre définitivement avec la peinture d'Histoire classique. Ce que l'on suppose moins par contre, c'est qu'il est tenu pour l'inventeur du carnet de voyage, dans lequel croquis et notes diverses tiennent lieu de journal de bord. Lorsqu'à 34 ans, le peintre entreprend un voyage aussi inattendu que déterminant au Maroc, loin de Paris et de ses mondanités, il est étourdi par ce qu'il découvre. Fasciné et "certain de n'en rapporter qu'une ombre", il capture sur papier ces images comme "autant d'arbres arrachés du sol natal". Pris sur le vif, ces souvenirs vivants l'orienteront vers les toiles qu'il exécutera lors de son retour en France, ouvrant la brèche de l'orientalisme. Ce documentaire, rehaussé d'un effort de reconstitution considérable et truffé d'expertises, porte un regard fascinant sur l'admiration d'un artiste pour une autre culture. Et, à travers elle, permet de reconquérir la foi en la beauté antique. M.U.

WEST SIDE STORY

Musical de Robert Wise, Jerome Robbins. Avec Natalie Wood, Richard Beymer, Russ Tamblyn. 1961. ****(*)

Lundi 2/4, 20h50, France 5.

Jeanne Moreau l'affranchie, Dans la maison, Icarus... 10 immanquables à la télé cette semaine

© DR

Au départ, un spectacle à succès créé en 1957 au Winter Garden de New York et qui adapte très librement le Roméo et Juliette de Shakespeare au contexte du West Side, quartier populaire de New York. L'adaptation cinématographique viendra quelques années plus tard, et provoquera une formidable onde de choc dans l'univers glamour et codé de la comédie musicale hollywoodienne. Coréalisé par Robert Wise et le chorégraphe Jerome Robbins (pour les séquences dansées), West Side Story chronique en images superbes l'affrontement de deux bandes: les Jets (composée de Blancs) et les Sharks (formée d'immigrés portoricains). L'histoire d'amour de l'ex-chef des premiers avec la soeur du leader des seconds, pour pure et sincère qu'elle soit, ne pourra que créer plus de violences... À voir absolument, un sommet bouleversant du "musical", avec la musique géniale de Leonard Bernstein. L.D.

JEANNE MOREAU, L'AFFRANCHIE

Documentaire de Virginie Linhart. ****

Lundi 2/4, 22h30, Arte.

Jeanne Moreau l'affranchie, Dans la maison, Icarus... 10 immanquables à la télé cette semaine

© DR

Au coeur de l'été dernier, elle s'en est allée à l'âge de 89 ans, emmenant avec elle son inimitable voix grave. Cette voix qui fredonnait Le Tourbillon de la vie à Jules et Jim et n'avait pas son pareil pour faire tourne les têtes. Femme libre avant l'émancipation féminine, Jeanne Moreau a de tout temps suscité le désir de réalisateurs voulant embrasser la modernité. "Dès qu'il y a une Nouvelle Vague quelque part, on sonne à ma porte", souriait-elle. Pensionnaire à la Comédie française, dont elle est la benjamine, Moreau enchaîne d'abord les rôles de starlette dans les séries B. Un seul sort du lot: Touchez pas au grisbi. Visage triste et bouche tombante... La comédienne a du mal à trouver sa place dans le cinéma des années 50. Louis Malle sera son pygmalion et, avec Ascenseur pour l'échafaud, lui crée un rôle sur mesure. Plus de maquilleur, plus de coiffeur... Moreau découvre la beauté du cinéma. Et retrace notamment ici l'enregistrement de la musique par Miles Davis... Séduisant, passionnant, le documentaire de Virginie Linhart raconte à travers sa vie et surtout son oeuvre une actrice qui a grandi avec les prostituées comme voisines et les punaises comme compagnes. Une comédienne qui aimait les hommes, le vin et la cigarette (elle n'a jamais arrêté de fumer), a toujours privilégié sa carrière à sa famille et fut l'une des premières Françaises à apparaître nue au cinéma ( Les Amants fut d'ailleurs attaqué pour son immoralité). Rythmé par des extraits de film, des interviews de l'actrice et les commentaires de ceux qui l'ont dirigée (et/ou aimée), Jeanne Moreau, l'affranchie revient sur les longs métrages qui l'ont révélée à elle-même et au grand public. Son prix d'interprétation à Cannes pour Moderato Cantabile de Peter Brook, dans lequel elle interprète une bourgeoise à la dérive et pendant lequel son gosse tombe dans le coma après un accident de voiture avec Belmondo. Elle évoque le tournage cauchemardesque de La Notte avec Michelangelo Antonioni. Orson Welles pour qui elle joue quasi gratuitement afin de lui permettre de tourner ses deux derniers films. Ou encore de Buñuel dont tout la rapproche. Si Jules et Jim était une invitation à la révolution sexuelle avant l'heure, Moreau était à l'image de son personnage. Une femme qui hésitait entre les hommes et avait décidé de les aimer tous. Elle a enchaîné les tournages jusqu'à 82 ans. J.B.

PLASTIC PARTOUT!

Documentaire d'Albert Knechtel et Nanje Teuscher. ***

Mardi 3/4, 20h50, Arte.

Jeanne Moreau l'affranchie, Dans la maison, Icarus... 10 immanquables à la télé cette semaine

© DR

Juché sur une planche étonnante fabriquée à partir de bouteilles recyclées, le Hollandais surfant Merijn Tinga a suivi durant 1.200 kilomètres le cours du Rhin, depuis sa source jusqu' à Rotterdam, afin de sensibiliser ses frères et soeurs humains sur les ravages de la pollution au plastic. Matière jadis prisée pour sa grande longévité et son moindre coût de production, nous mesurons aujourd'hui son impact parfaitement négatif. Analysant le basculement, dans les années 60, vers une société du tout au plastic, répertoriant ensuite les effets pas fantastiques du polytéréphtalate (jouets toxiques, atteinte à l'équilibre des océans, de leur faune et de nos assiettes), le documentaire propose en contrepoint un éventail de solutions: systèmes de géolocalisation et de rachats des déchets, sensibilisation des populations les plus pauvres, interpellations des politiques, ciblage des lobbies... Manquant un peu de percussion, le propos reste pourtant tragiquement pertinent. N.B.

JEAN ZIEGLER, L'OPTIMISME DE LA VOLONTÉ

Documentaire de Nicolas Wadimoff. ****

Mardi 3/4, 23h00, Arte.

Jeanne Moreau l'affranchie, Dans la maison, Icarus... 10 immanquables à la télé cette semaine

© DR

Jean Ziegler, on aime ou on déteste, selon la formule paresseusement consacrée. Reconnaissable à son accent suisse et ses propos dignes d'un Robin des Bois 2.0, son engagement politique, pugnace, tenace, tape infatigablement sur le même clou. Couvé dans une famille plutôt aisée de la Confédération helvétique, le jeune Jean y fait très tôt la découverte d'une injustice criante mais acceptée dans le silence: la pauvreté d'une frange importante et cachée de la population, dont les orphelins et les enfants arrachés à leurs familles sont envoyés en saison travailler dans des fermes et des alpages pas toujours avoisinants. Est-ce cette prise de conscience douloureuse qui a mené le futur héraut du droit à l'alimentation, rapporteur spécial auprès de l'ONU puis vice-président du Comité consultatif du Conseil des droits de l'homme, sur le chemin de la lutte contre la faim dans le monde, ce "crime organisé" dont "on peut désigner les assassins", selon ses propres mots? Formé à la sociologie et à l'activisme révolutionnaire, ce grand admirateur de Sartre et de Che Guevara a écumé les plateaux télé, les forums, les manifestations ainsi que quantité de commissions et de séances plénières d'institutions internationales, avec ce mantra formulé comme une double exigence: permettre à chacune et chacun de manger à sa faim, démontrer et démonter les mécanismes politiques, économiques et financiers qui les en empêchent. Ni dossier à charge ni portrait hagiographie, le documentaire soigné de Nicolas Wadimoff suit le moindre de ses pas: Ziegler prend des accents rousseauistes dans les meetings, peste contre les atermoiements de représentants de l'ONU, motive de jeunes activistes, fait oeuvre incessante de pédagogie ou l'étalage de son admiration pour l'économie planifiée cubaine. Si ce passage peut troubler, il est surtout la preuve que ce documentaire ne fait l'économie d'aucun pan de la personnalité et des combats de Ziegler, pour permettre au spectateur de sortir de sa chapelle et de se faire sa propre opinion sur un homme au service d'une cause incontournable. N.B.

DANS LA MAISON

Thriller de François Ozon. Avec Fabrice Luchini, Ernst Umhauer, Kristin Scott Thomas. 2012. ****

Mercredi 4/4, 20h55, Arte.

Jeanne Moreau l'affranchie, Dans la maison, Icarus... 10 immanquables à la télé cette semaine

© DR

Si François Ozon a voulu adapter Le Garçon du dernier rang, pièce de théâtre espagnole de Juan Mayorga, c'est parce qu'il y voyait "le potentiel de pouvoir parler indirectement de mon travail, du cinéma, d'où vient l'inspiration, de ce qu'est un créateur, un spectateur". L'anecdote réunit un lycéen et un professeur. Le premier s'immisce dans la maison d'un camarade de classe et en tire la matière de rédactions qui fascinent son professeur de français. Joué par Fabrice Luchini, ce dernier va se prendre à un jeu voyeuriste qui pourrait se révéler dangereux. Et poser la question de savoir qui manipule qui, dans un récit au suspense captivant... Ozon dirige avec maîtrise un film en forme de piège, où il mêle d'inextricable manière le réel et la fiction. Avec ce sens du jeu, même sérieux, qui anime son oeuvre prolifique et diablement excitante. L.D.

LA SAGA NOAH: UNE FAMILLE DE CHAMPIONS

Documentaire d'Ingrid Angeloglou. ***

Jeudi 5/4, 20h55, France 4.

Jeanne Moreau l'affranchie, Dans la maison, Icarus... 10 immanquables à la télé cette semaine

© DR

Il y a Zacharie, le défenseur central réputé pour son jeu de tête qui a gagné la coupe de France de football en 1961 avec Sedan-Torcy. Yannick, le tennisman offensif et spectaculaire, dernier vainqueur français (c'était en 1983) de Roland-Garros. Et enfin Joakim, le basketteur, élu en 2014 meilleur défenseur de la NBA. Pelouse, terre battue, parquet... Peu importe la surface. Chez les Noah, on est champions de père en fils. Comment trois générations d'une même famille sont-elles parvenues à se hisser au plus haut niveau de leurs disciplines respectives? C'est ce qu'essaie d'expliquer Ingrid Angeloglou en mentant un petit peu sur la marchandise. La Saga Noah s'attarde avant tout sur le sportif rasta aux dents du bonheur reconverti en entraîneur et ambianceur. Guy Forget, Manu Dibango, Patrice Hagelauer, George Eddy, Jean-Louis Aubert... Il y a du beau monde pour raconter ce clan franco-camerounais qui a autant le sens du sacrifice que de la fête. Mais le docu (sans doute une question d'argent et de droits) souffre d'un manque criant d'images. Puis aussi de quelques approximations. Double faute! J.B.

LES FLÈCHES D'ARGENT

Documentaire de Nicolas Delvaulx. ***(*)

Vendredi 6/4, 22h40, La Une.

Jeanne Moreau l'affranchie, Dans la maison, Icarus... 10 immanquables à la télé cette semaine

© DR

"Hitler était fasciné par l'automobile. Je crois qu'il aurait fait un très bon designer ou un très bon mécanicien." Les flèches d'argent, Silberpfeil en allemand... C'est ainsi que furent surnommés les bolides de Mercedes-Benz et d'Auto Union qui écrasèrent la concurrence lors des Grands Prix automobiles dans les années 30. Une domination technique et humaine. Entre les deux guerres, les flèches d'argent transpirent la soif de succès et le besoin de reconquête teutons... Les saluts nazis couronnent les pole positions et les victoires. La course automobile aide à faire vaciller les consciences et entre dans le programme SS pour séduire la jeunesse et les foules. Le documentaire de Nicolas Delvaulx (Léopold III, mon père) revient sur ce mythe voulu par le Führer et créé par Ferdinand Porsche. Une histoire qui dépasse de loin le domaine du sport. Car au-delà de la propagande, la technologie utilisée pour faire triompher les bolides a été récupérée pour les camions, les chars, les avions, permettant aux Allemands de perfectionner des machines de guerre meurtrières à l'efficacité jamais surpassée. Un film sérieux et passionnant dans son contenu -retraçant le destin du pilote Bernd Rosemeyer emprisonné pour avoir imité Adolf avec une moto et une petite moustache, et mettant le doigt sur les accointances de Ford, raciste, antijuif, anti noir, avec Hitler- mais sur la forme, malheureusement, un peu plan plan. J.B.

COUPE DAVIS: ÉTATS-UNIS - BELGIQUE

Tennis.

Vendredi 6/4, 23h00, La Deux.

Jeanne Moreau l'affranchie, Dans la maison, Icarus... 10 immanquables à la télé cette semaine

© DR

Suite à sa blessure à l'oeil, amoché par un coup droit de Dimitrov en demi-finale du tournoi de Rotterdam, David Goffin annonçait il y a quelques semaines reprendre la compétition à Miami et renoncer au quart de finale de Coupe Davis contre les États-Unis pour se faire contrôler la vue. Compte tenu de la blessure au coude de Steve Darcis, c'est une équipe belge décimée qui affrontera ce week-end les États-Unis à Nashville. Il faudra donc un petit voire un grand miracle pour que les hommes de Johan Van Herck, finalistes de deux des trois dernières éditions (ils ont été battus par la Grande-Bretagne à Gand et par la France à Lille), parviennent cette saison à se hisser dans le dernier carré de l'épreuve. Face à un pays qui compte une dizaine de joueurs dans le top 100, notre équipe nationale sera plus que probablement emmenée par Ruben Bemelmans, 113e au classement ATP. Ce n'est définitivement pas gagné. J.B.

ICARUS

Un documentaire de Bryan Fogel. 1h21. ****

Disponible sur Netflix.

Jeanne Moreau l'affranchie, Dans la maison, Icarus... 10 immanquables à la télé cette semaine

Récompensé lors de la 90e cérémonie des Oscars, Icarus inaugure un genre de thriller documentaire expérimental. Pour superviser les étapes filmées de son propre dopage - Super Size Me version petite reine-, Fogel fait appel au responsable du programme anti-dopage russe, Grigory Rodchenkov. Dans un twist spectaculaire, celui-ci va se muer en Gorge Profonde et révéler un programme étatique de dopage des athlètes olympiques, couvert par une Agence Mondiale Anti-Dopage complaisante. Devant ce smoking gun flippant, mis en scène avec une grande originalité, on se frotte les yeux, tout en regrettant que l'enquête n'aille pas jusqu'au bout, et fureter dans les pharmacies sportives américaines et européennes. N.B.

Nos partenaires