Infrarouge - Sous surveillance

08/06/12 à 16:43 - Mise à jour à 16:43

En promenant pendant des mois sa caméra dans un centre de détention, Didier Cros a voulu démystifier la prison. La montrer telle qu'elle est.

Infrarouge - Sous surveillance

© DR

Infrarouge - Sous surveillance, documentaire de Didier Cros. ****
Ce mardi 12 juin à 23h00 sur France 2.

Pas de fioriture. Pas de blabla. Ou si peu. Juste quelques dialogues froids et las, pris sur le vif, entre surveillants et détenus. Tous cherchent à défendre leur territoire, à asseoir leur autorité ou leur réputation. Dans le centre de détention de Châteaudun, en Eure-et-Loir, il existe deux manières d'être prisonnier. La première, le régime ordinaire du rez-de-chaussée, ressemble à un emprisonnement traditionnel: les gardiens possèdent les clés des cellules et régentent la vie de détenus. La seconde, le régime ouvert des étages un et deux, représente la carotte de la semi-liberté pour qui souhaiterait se conduire de manière sage et raisonnable. Un coup de canif dans le contrat, et les pensionnaires redescendent se faire cadenasser. Les chefs de section et les surveillants prennent ensemble ce genre de décision, tout comme ils évaluent, au cours d'entretiens individuels, l'état d'esprit des délinquants qui leur sont confiés.

En promenant pendant des mois sa caméra dans ce centre de détention, Didier Cros a voulu démystifier la prison. La montrer telle qu'elle est. Sans glamour aucun, avec autant de bravades que de pleurs, avec des jeunes gars qui n'en peuvent plus d'être enfermés et d'autres qui iraient jusqu'au bout pour garder la face. Chez les gardiens aussi, ces surveillants "oubliés du système carcéral", les profils diffèrent, entre les autoritaires et les compréhensifs. Ce petit monde évolue côte à côte, de manière absolument dépendante, et la manière dont Didier Cros le présente donne un drôle de sentiment. On sort difficilement indemne d'un tel portrait. D'abord parce qu'il nous remet, s'il le fallait encore, face à la question de l'enfermement et de son bien-fondé. "La prison, ça donne à réfléchir", avance un détenu en passe d'être libéré. La montrer dans sa version la plus crue et désossée aussi.

Guy Verstraeten

Nos partenaires