Good Night and Good Luck

05/08/11 à 15:58 - Mise à jour à 15:58

Ce film intense nous plonge dans la période douloureuse du maccarthysme. Dans l'atmosphère irrespirable d'alors, certains dénoncèrent des collègues. George Clooney, ici devant et derrière la caméra, s'intéresse au parcours courageux d'un journaliste de CBS et d'un producteur de l'époque.

Good Night and Good Luck

© WARNER INDEPENDENT PICTURES / SECTION EIGHT / 2929 ENTERTAINMENT / PARTICIPANT PRODUCTIONS

Il ne s'est pas contenté de devenir une vedette de la télévision (avec la série médicale Urgences) puis une star incontestable du grand écran, sans oublier une image de publicitaire au service d'une marque de café.... George Clooney s'est également signalé comme un réalisateur de tout premier ordre. Confessions Of A Dangerous Mind en avait donné une première preuve, Good Night And Good Luck en apporte une autre, et des plus éloquentes! Situé dans les années 50, ce film en noir et blanc intense nous plonge dans la période ô combien douloureuse et délicate du mccarthysme, du nom de Joseph McCarthy, ce sénateur américain qui mena la "chasse aux sorcières" visant à débarrasser Hollywood des communistes et autres "déviants" de gauche. Dans l'atmosphère irrespirable d'alors, certains dénoncèrent des collègues (placés dès lors sur une liste noire avec interdiction de travail dans l'industrie du film). D'autres refusèrent de jouer les "balances" en risquant pour cela d'être emprisonnés. Clooney s'intéresse au parcours éminemment courageux d'un journaliste et d'un producteur: Edward R. Murrow, le présentateur du journal télévisé de CBS de l'époque, et Fred Friendly, qui le produisait. Refusant de hurler avec les loups, ces 2 hommes intègres contribuèrent à la chute de Joseph McCarthy, une histoire qui méritait assurément d'être évoquée.

Résonance
David Strathairn, George Clooney et Robert Downey, Jr emmènent une distribution de grande qualité, devant une caméra sobre et efficace à la fois. On notera que le titre du film vient de la formule invariablement utilisée par Murrow à la fin de ses journaux ("Bonsoir et bonne chance"). Et aussi que, présentée en compétition au Festival de Venise en 2005, la réalisation de Clooney valut un Prix d'Interprétation à David Strathairn. Et enfin que le noir et blanc a été choisi pour pouvoir harmoniser images du film et documents historiques montrant McCarthy. Une option validée par la réussite d'une oeuvre aussi captivante que divertissante, et qui résonne aujourd'hui d'autant plus fort que les rapports entre mondes politique et médiatique restent sujets à plus d'une ambiguïté...

Louis Danvers

DRAME DE GEORGE CLOONEY. AVEC DAVID STRATHAIRN, GEORGE CLOONEY, ROBERT DOWNEY JR. 2005.

MERCREDI 10 AOÛT, A 23h50, SUR FRANCE 2.

Nos partenaires