Espèce de... L'insulte n'est pas inculte

21/01/13 à 16:43 - Mise à jour à 16:43

Dans la rue comme à l'école, à la maison comme au bureau, dans les arènes politiques comme dans les stades de foot, le langage est souvent fleuri... Et à y regarder de près, ce serait apparemment bon signe.

Espèce de... L'insulte n'est pas inculte

© RTBF

DOCUMENTAIRE DE PIERRE-FRANÇOIS GAUDRY. ****
Ce jeudi 24 janvier à 00h30 sur La Deux.

"Salut bâtard." "Ça va lopette?" "Rends-moi ça enculé." Il suffit d'écouter les jeunes d'aujourd'hui se parler sans lever le ton ou s'offusquer. Dans la rue comme à l'école, à la maison comme au bureau, dans les arènes politiques comme dans les stades de foot, le langage est souvent fleuri... Et à y regarder de près, ce serait apparemment bon signe. L'insulte, apprend-on dans ce documentaire instructif et drolatique de Pierre-François Gaudry, est une preuve de civilisation. Du fait que l'homme a laissé tomber la massue et les pierres et est entré dans le maniement des mots pour se défendre.

Elle incarne aussi la vivacité d'une langue. Le fait que les excès de la morale mènent à une créativité intense. Plus il y a d'interdit, plus évidemment il y a de transgression. La plupart des insultes utilisées aujourd'hui ont des siècles d'existence. Certains, comme Michel Antaki, se battent pour qu'elles soient inscrites au patrimoine de l'humanité.

L'insulte en solitaire pour se libérer d'une tension. L'insulte rapport de force dans une conversation en tête à tête. Et enfin l'insulte spectacle de Cyrano. Celle qu'on lâche devant un public. Qui peut mener jusqu'à des battles comme en font les MC's dans le hip hop. Vous saurez bientôt tout sur les noms d'oiseau. Vous découvrirez même l'effet Bacri (l'utilisation d'un mot dont on ne perçoit pas la charge insultante).

L'insulte n'est pas que le baromètre de l'évolution d'une langue. Elle est aussi celui de l'évolution des sociétés. Un docu auquel on ne reprochera que ses saynètes humoristiques.

Nos partenaires