Dans la vallée d'Elah

21/09/12 à 16:12 - Mise à jour à 16:12

Soutenu par un Tommy Lee Jones plus intérieur que jamais, ce beau film de Paul Haggis fuit la facilité pour installer, au-delà de la réflexion sur la guerre, un hommage à la paternité.

Dans la vallée d'Elah

© PG

DRAME DE GUERRE DE PAUL HAGGIS. AVEC TOMMY LEE JONES, CHARLIZE THERON ET SUSAN SARANDON. 2007.
Ce jeudi 27 septembre à 20h45 sur France 3.

Son fils ayant disparu en Irak, où il servait dans les troupes américaines, Hank Deerfield ne peut croire, comme le rapporte la rumeur, que son rejeton a déserté. Le père du jeune soldat quitte alors le Nouveau-Mexique pour le Moyen-Orient, en espérant retrouver lui-même le disparu si cher à son coeur. Au fil de son enquête, de réticences vaincues en secrets dévoilés, il finira par découvrir une lourde et cruelle vérité... Paul Haggis s'était fait connaître en écrivant le script de Million Dollar Baby pour Clint Eastwood, puis en réalisant lui-même le saisissant Collision (Crash). Il confirme son double talent de scénariste et de metteur en scène avec Dans la vallée d'Elah, un film abordant l'histoire contemporaine sous l'angle intime de la douleur d'un père. Ce dernier offre à Tommy Lee Jones un rôle à sa mesure. Le rude et sobre Texan donne au personnage du papa dévoué une très émouvante intensité. Cette interprétation retenue, vierge de tout effet héroïque et empreinte de douleur paternelle contenue, est le vecteur idéal d'un récit fuyant lui-même la facilité. Car Haggis est un réalisateur subtil, et la manière dont il narre sans hâte, sans emphase, la quête de son héros, instille dans son film une réflexion sur le sens de la paternité, et bien évidemment sur une guerre soulevant toujours plus de questions qu'elle n'apporte de réponse.

Nos partenaires