Coco avant Chanel

21/10/11 à 15:47 - Mise à jour à 15:47

La cinéaste Anne Fontaine parvient souvent à tirer le meilleur de ses interprètes. C'est encore le cas dans cette belle évocation de la géniale créatrice.

Coco avant Chanel

© F2 Cinéma

Anne Fontaine manifeste un talent toujours sûr pour le casting de ses films. On se souvient notamment du contre-emploi offert à Benoît Poelvoorde (et à sa partenaire Isabelle Carré) dans le captivant et risqué Entre ses mains. Elle a une fois de plus eu raison en choisissant Audrey Tautou pour incarner Gabrielle Chanel, dite "Coco", pour son film retraçant les années de jeunesse de la célèbre créatrice de mode. L'interprète du Fabuleux destin d'Amélie Poulain brille dans un personnage que le film a entrepris de suivre de l'adolescence au seuil de la célébrité majeure. Nous voyons la future vedette de la mode féminine être conduite dans un orphelinat en compagnie de sa soeur. Une fois sortie, nous l'accompagnons dans ses années d'apprentissage, et découvrons comment est né son sobriquet de Coco. Nous voyons une Chanel résolue à se garder de toute faiblesse amoureuse, et annoncer les grandes lignes de ce que sera sa révolution du vêtement et (avec lui) de l'image de la femme. Le film de Fontaine est le portrait en mouvement d'une jeune femme indépendante, s'affranchissant elle-même de normes (vestimentaires, mais pas seulement) dont elle va contribuer plus tard à libérer les autres. Face à Audrey Tautou, Benoît Poelvoorde campe merveilleusement le riche Etienne Balsan, l'amant et protecteur avec lequel Chanel vécut sans que le mot amour ne soit jamais prononcé. Le comédien belge étant devenu l'interprète favori d'Anne Fontaine, qui vient de l'associer (autre trouvaille) à Isabelle Huppert dans le drôle et touchant Mon pire cauchemar. Le jeu subtil de Poelvoorde conférant une émotion retenue mais poignante aux plus belles scènes de Coco avant Chanel.

Louis Danvers

COCO AVANT CHANEL, FILM BIOGRAPHIQUE D'ANNE FONTAINE. AVEC AUDREY TAUTOU, BENOÎT POELVOORDE, ALESSANDRO NIVOLA. 2008. ***

Ce dimanche 23 octobre à 20h45 sur France 2.

Nos partenaires