Best-sellers

18/02/11 à 08:42 - Mise à jour à 08:42

Certes, ce documentaire est un peu dépassé, mais il tombe à pic en pleine Foire du Livre. Les réalisateurs posent la question du succès littéraire: pourquoi? comment? avec quelles recettes? Et la réponse semble bien être qu'il n'y a, justement, pas de recette toute faite. Le boss de Robert Laffont en sait quelque chose, lui qui a refusé le Da Vinci Code quand il lui a été envoyé...

Best-sellers

© Patrick Pner

Au moins maintenant, on sait qu'on ne sait pas. Ce film un peu daté (on y assiste au sacre de Weyergans pour le Goncourt 2005), opportunément programmé pendant la Foire du Livre, explore l'industrie du bouquin durant une cinquantaine de minutes avec l'objectif de débusquer ses secrets. Au final, une conclusion: il n'y en a pas.

Aucune recette, aucun truc, pas de schéma-type ni de certitude absolue. Mary Higgins Clark a cette boutade, à propos des thèmes littéraires les plus prisés depuis l'invention de l'imprimerie (Dieu, monarchie, sexe, suspense): "On les a introduits dans un ordinateur, on a poussé sur un bouton et ça a donné: "Mon Dieu!", s'écria la Reine! "J'ai été violée. Mais qui est le coupable?""

Maintenant qu'on est au courant que ce film enfonce les portes ouvertes, pourquoi le regarder? Peut-être pour écouter Marc Levy s'autoflageller et se flageller encore, conscient, dit-il, de ses limites ("Je ne suis pas Mozart et je m'en suis rendu compte très vite"). Une humilité qui est tout à l'honneur du plus gros vendeur français. Sans doute aussi pour l'humour de Douglas Kennedy et de Ken Follett, surpuissants fabricants de best-sellers derrière leur façade de Monsieur Tout-le-monde. On s'y arrêtera aussi pour assister à un drôle de speed dating auteurs-éditeurs à San Francisco, où une jeune femme ose la réponse "Etre auteur de best-sellers et passer chez Oprah, comme tout le monde!"à la question "Quel est votre rêve?"

Mais la scène la plus représentative de la teneur de ce film particulièrement dispensable est celle où le boss de Robert Laffont confie avoir refusé le Da Vinci Code lorsque celui-ci lui a été envoyé. Comme quoi, on le disait, personne ne sait rien.

Best-sellers, 22.50 sur La Deux.

Documentaire de Vassili Silovic et Annick Cojean.

Myriam Leroy

En savoir plus sur:

Nos partenaires