[À la télé ce soir] Erdogan, l'ivresse du pouvoir

22/11/16 à 07:00 - Mise à jour à 18/11/16 à 11:17

Source: Focus Vif

Soirée spéciale Turquie, ce mardi, sur la chaîne franco-allemande. Avec en ouverture un documentaire ambitieux sur la personnalité du Président turc, Recep Tayyip Erdogan.

[À la télé ce soir] Erdogan, l'ivresse du pouvoir

Coup d'État, arrestations massives,démantèlement de l'État de droit - tout-est-il sous le contrôle Recep Tayyip Erdogan en Turquie? Quelle est la fiabilité du pays pour l'UE et l'OTAN? © Alegria

Une personnalité controversée, tant l'ancien maire d'Istanbul, s'il est incontestablement soutenu par une majorité de Turcs, apparaît parallèlement comme un despote en puissance. "Le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument", souligne ainsi l'un des témoins relayés par Gilles Cayatte et Guillaume Perrier. Pour d'autres, Erdogan le conservateur, l'islamiste modéré fondateur de l'AKP, aurait sciemment utilisé la démocratie comme un véhicule pour arriver au sommet de l'État (il est Premier ministre depuis 2003, Président depuis 2014) et instaurer une sorte de dictature d'inspiration moyen-orientale, où la séparation des pouvoirs n'a pas droit de cité. Après le coup d'État avorté de l'été passé, les purges se sont accélérées. Magistrats, militaires, journalistes, opposants politiques: les têtes tombent les unes après les autres dans le pays. Retiré en Pennsylvanie, le prêcheur Fethullah Gülen est accusé par Erdogan d'avoir piloté la tentative de putsch par le biais de ses immenses réseaux.

Les réalisateurs ont pu interroger Gülen, ce qui n'est pas le moindre attrait de cette enquête de laquelle on sort plus informé, forcément, mais également un peu frustré. La situation est tellement complexe, entre l'histoire de la laïcité locale, l'importance de l'armée, la relation Erdogan-Gülen, le rapport aux Kurdes et à Daesh (sans parler des tensions avec la Russie, de la question des réfugiés, de l'Europe, etc.) qu'on se dit que ces 52 minutes sont un peu maigrelettes pour cerner ce qui se trame réellement en Turquie, à l'ombre du gigantesque palais à 1000 pièces que le Président s'est fait construire. Arte creuse néanmoins la thématique en diffusant dans la foulée La Turquie face à la terreur, qui s'intéresse au rôle ambigu joué par le pays dans le développement de Daesh et du terrorisme. Il semblerait en effet, d'après un sondage local, que 8% des Turcs seraient favorables aux djihadistes... Notons que la soirée se poursuivra avec une mise en perspective historique, via le très riche documentaire La fin des Ottomans, diffusé à 23 heures.

DOCUMENTAIRE DE GILLES CAYATTE ET GUILLAUME PERRIER. ***(*)

Ce mardi 22 novembre à 20h50 sur Arte.

Nos partenaires