[À la télé ce soir] Enfants soldats hier, mercenaires aujourd'hui

22/08/17 à 07:00 - Mise à jour à 17/08/17 à 15:44
Du Le Vif Focus du 18/08/17

Une docteur en anthropologie, des recrues d'une société militaire privée, des journalistes, ou encore un psychologue conseiller aux Nations Unies décryptent un phénomène aussi inquiétant que glaçant.

[À la télé ce soir] Enfants soldats hier, mercenaires aujourd'hui

© DR

Ils ont coupé des mains, versé du plastique fondu dans des yeux, tué des femmes enceintes et des gosses. Jadis enfants soldats, drogués, immunisés contre la peur (parfois, ils ont vu leurs parents se faire égorger; parfois, ils ont dû les tuer eux-mêmes pour prouver qu'ils étaient prêts à tout ou ont été torturés au couteau), ils se font aujourd'hui embaucher par des sociétés occidentales ayant pignon sur rue... "Les Sierra Léonais sont payés 250 dollars par mois. Alors je pose une question rhétorique: peut-on trouver moins cher? Quelqu'un qui sera content d'être logé et nourri? Qui ira travailler gratuitement tant son pays est effroyable? Je ne dis pas ça pour faire un bon mot. C'est une réalité. La qualité a un prix." La réflexion est d'autant plus effrayante qu'elle est émane d'un débat en commission américaine pour les contrats de guerre en Irak et en Afghanistan. Le business est en phase avec la mondialisation financière. Société militaire privée basée à Londres (la plus grande de la planète), Aegis dispose de personnel dans des zones de conflit du monde entier. Des employés dont la loyauté varie en fonction du marché. Les États-Unis ont recruté en Sierra Leone pour combattre en Irak. Les Ougandais ont la cote et se font embaucher pour leur discipline, "parce qu'ils écoutent ce qu'on leur dit, qu'ils obéissent aux ordres et comprennent l'anglais." Une docteur en anthropologie, des recrues d'une société militaire privée, des journalistes, ou encore un psychologue conseiller aux Nations Unies, entre autres, décryptent un phénomène aussi inquiétant que glaçant.

Documentaire de Mette Heide. ***(*)

Ce mardi 22 août à 23h15 sur Arte.

En savoir plus sur:

Nos partenaires