[À la télé ce soir] Comment j'ai détesté les maths

22/03/17 à 07:00 - Mise à jour à 17/03/17 à 11:10
Du LeVif Focus du 17/03/17

Les mathématiques (c'est fantastique), ces malaimées, sont au centre d'un impeccable et étonnant documentaire d'Olivier Peyon.

[À la télé ce soir] Comment j'ai détesté les maths

© © DR

"Elles me donnent juste envie de mourir." "Ça pue. Elles servent à quoi?" "Moi, elles me foutent la rage. Trop de colère." Qu'on en ait ou pas la bosse, on les a tous ou presque un jour détestées, haïes, maudites... Les mathématiques (c'est fantastique), ces malaimées, sont au centre d'un impeccable et étonnant documentaire d'Olivier Peyon. Diplômé en sciences économiques à Nantes, traducteur d'une cinquantaine de films anglophones (Fargo, The Big Lebowski, Trainspotting, Usual Suspects...) pour leur distribution française, le bonhomme est aussi réalisateur de fictions et de docus. Alors qu'Une vie ailleurs, avec Isabelle Carré et Ramzy Bedia, s'apprête à débarquer dans les salles obscures, Arte rediffuse ce docu nommé en 2014 aux César et qui, voyageur, se promène dans un congrès de grosses têtes en Inde, dans une classe de prépa nantaise, au coeur de la forêt d'Oberwolfach et dans la Silicon Valley. "Le mathématicien, c'est une sorte de lieu commun, c'est celui qui n'a pas d'imagination, dont la pensée dessèche le coeur. Et qui, ça va avec le sens que l'on développe au XVIIIe siècle, n'a pas de sensibilité, explique Jean Dhombres, historien des maths. Cette idée d'extraction du réel est le reproche qui est fait au mathématicien. Il n'est pas dans le réel. Donc il ne sert à rien. En le découpant, il le détruit." Avec l'aide de scientifiques, d'un prof de maths philosophe et couturier, ou encore de Cédric Villani, lauréat névrosé de la prestigieuse médaille Fields, Peyon interroge l'angoisse que les maths suscitent et se pose la question de leur transmission. Discute la concurrence des ordinateurs, les maths financières et la crise des subprimes.

DOCUMENTAIRE D'OLIVIER PEYON. ****

Ce mercredi 22 mars à 23h20 sur Arte.

Nos partenaires