À la télé ce mercredi soir: Argentine, les 500 bébés volés de la dictature

08/05/13 à 07:00 - Mise à jour à 03/05/13 à 16:48

Histoire d'une révolte singulière, ce film puissant nous entraîne dans le sillage des grands-mères de la place de Mai, en pleine junte militaire.

À la télé ce mercredi soir: Argentine, les 500 bébés volés de la dictature

Argentine, les 500 bébés volés de la dictature © RTBF

A moins d'être pantois d'admiration devant l'autoritarisme militaire, on peut difficilement ne pas garder en travers de la gorge les images proposées dans ce long documentaire d'Alexandre Valenti. Couronnée par le Fipa d'Or 2013 du reportage, son film nous plonge dans une réalité terrible, celle d'une Argentine dominée par une junte militaire sans pitié.

On est en mars 1976. Le général Videla accède aux fonctions suprêmes suite au coup d'Etat qui balaie du pouvoir Isabèl Peron. Pour une série d'Argentins, militants de gauche essentiellement, le cauchemar commence. Des centaines de bébés sont arrachés à des parents qui, pour un triste nombre, finiront jetés à la mer. Redistribués comme des trophées à des familles conservatrices, les nourrissons grandiront dans le mensonge..

Argentine, les 500 bébés volés de la dictature nous entraîne sur les pas d'une révolte très particulière, celle des grands-mères de la place de Mai. Convaincues que la junte ne pourrait pas pousser le vice jusqu'à réprimer leur mouvement, ces (vieilles) dames se réunissaient semaines après semaines place de Mai, protestant de manière aussi digne que ferme contre ces politiques d'enlèvements systématiques. Privées de leurs enfants et de leurs petits-enfants, elles durent attendre patiemment que le vent tourne en Argentine. Bien décidées à poursuivre leur combat devant des juges devenus plus "impartiaux", une fois la démocratie rétablie, les "abuelas" réussirent à traduire en justice deux anciens présidents (dont Videla) et une poignée d'anciens dignitaires militaires. Quant aux enfants volés, les tests ADN ont dans bien des cas réussi à réorienter leur vie. Jeune militant progressiste à l'époque du coup d'Etat, Alexandre Valenti s'appuie sur d'innombrables témoignages, images et documents d'archives pour retracer avec brio cet épisode macabre et révoltant de l'histoire argentine.

DOCUMENTAIRE D'ALEXANDRE VALENTI.

Ce mercredi 8 mai à 22h05 sur La Une.

En savoir plus sur:

Nos partenaires