À la télé ce mecredi soir: Guerres et crimes de guerre

20/08/14 à 07:00 - Mise à jour à 17/08/14 à 14:52

Source: Focus

Le documentaire de Jean-Marc Turine dresse le portrait des victimes vietnamienne de l'agent orange. Eprouvant, mais nécessaire.

À la télé ce mecredi soir: Guerres et crimes de guerre

Image extraite du documentaire de Jean-Marc Turine © DR

"Il faut tuer des gens et quand vous en avez tué assez, les autres cessent le combat." Si la logique guerrière est simple, elle a plus souvent qu'à son tour mené à travers les siècles à des massacres aveugles et barbares perpétrés par les donneurs de leçon "civilisés". Les herbicides américains qui ont ainsi bousillé un cinquième de la forêt vietnamienne il y a pratiquement un demi-siècle, affaiblissant l'ennemi en le privant de nourriture, font encore aujourd'hui des ravages sur la population. Fabriqué par Monsanto et Dow Chemicals pour le département de la défense des Etats-Unis, l'agent orange recelait de la dioxine, poison invisible. Il a provoqué des troubles médicaux chez des soldats américains et continue d'affecter les civils vietnamiens.

L'écrivain et réalisateur belge Jean-Marc Turine est parti au devant de l'horreur pour dresser le portrait bouleversant d'une poignée de malades et de leur entourage. Douleur mutique, innocence massacrée, familles dévastées... Liên de Mê Linh (le nom d'une de ces jeunes et innocentes victimes) ou guerres et crimes de guerre raconte des destins brisés et des corps désarticulés. Rencontre un animateur de l'association pour les victimes de la dioxine créée en 2005 (il pesait 800 grammes et mesurait 20 centimètres à la naissance) et s'approche avec sensibilité, empathie, poésie, et indignation au plus près de ces chairs meurtries.

L'agent orange a fait 5000 victimes dans la ville de Da Nang. Dont 1400 enfants... Certains sont nés sans yeux, d'autres sans bras ni jambes, d'autres encore avec les organes génitaux au milieu du visage ou dévorés par les démangeaisons au point qu'ils doivent être liés aux barreaux de leurs lits... La liste des difformités n'en finit pas. Et pourtant. Aucun gouvernement et aucun tribunal américains n'ont jusqu'ici accordé d'indemnisations aux victimes vietnamiennes. Un docu éprouvant mais touchant et nécessaire.

  • DOCUMENTAIRE DE JEAN-MARC TURINE. 2013.
  • Ce mercredi 20 août à 21h05 sur La Trois.

Nos partenaires