À la télé ce mardi soir: Vol spécial

15/07/14 à 07:00 - Mise à jour à 11/07/14 à 16:49

Source: Focus Vif

Chaque année, des milliers d'hommes et des femmes qui vivent illégalement en Suisse sont arrêtés. Quelques sans-papiers et demandeurs d'asile rejetés attendent dans la prison de Frambois leur expulsion de la Suisse.

À la télé ce mardi soir: Vol spécial

Vol spécial © Climage

"Nous on n'est pas là pour qu'ils puissent nous donner du poisson à manger. Nous on a envie d'aller aussi pêcher du poisson", prêche l'un des sans-papiers qui patientent, l'épée de Damoclès au-dessus de la tête, dans le centre de rétention administrative de Frambois, à Genève. Ils sont une grosse vingtaine, en effet, à attendre qu'on les renvoie manu militari -dans ce vol spécial, qu'ils devront faire menottés- vers leurs pays d'origine. Pourtant, parmi eux, certains sont là depuis de nombreuses années, ont fondé des familles en Suisse, y paient des impôts. Mais la loi est impitoyable. Et ces hommes, emprisonnés pour avoir cherché un mieux ailleurs, voient l'échéance s'approcher d'eux avec plus ou moins de sérénité, plus ou moins d'angoisse. Avec colère. Ou avec fatalisme.

Ce n'est pas la première fois que Fernand Melgar s'attaque à la problématique des centres fermés, qu'il avait déjà abordée dans le remarqué La Forteresse. En immersion complète, au plus proche des clandestins, le réalisateur capte une réalité singulière, celle d'une prison au visage humain où les "matons" parlent avec toute la déférence du monde aux détenus, s'attachent même à eux, puis les regardent partir vers d'incertains horizons. On a reproché à Fernand Melgar d'avoir distillé cette image lisse, quasi angélique des gardiens, comme s'il était possible d'être au service d'une machine à broyer des hommes avec le sourire et de la douceur dans la voix. Mais c'est justement cette humanité qui, par contraste, rend d'autant plus insupportables ces expulsions auxquelles les réfugiés s'opposent par tous les moyens qui leur sont proposés.

  • DOCUMENTAIRE DE FERNAND MELGAR.
  • Ce mardi 15 juillet à 22h15 sur Arte.

En savoir plus sur:

Nos partenaires