Takers, plein la tronche

Takers, plein la tronche

On appréciera à leur juste mesure les belles gueules et le chic qui imprègnent "Takers". Mais à part ça et un Matt Dillon qu'on est content de revoir, ce polar n'a rien de mirobolant: viril, élégant, sanglant. Et vite oublié.