Rondo

Rondo

DRAME | Malgré un angle d'attaque pour le moins singulier -un traitement de la Shoah par la bande, privilégiant l'observation des ondes de choc à la représentation de l'horreur-, le film d'Olivier Van Malderghem, professeur à l'IHECS, pèche par excès d'académisme et une voix off dramatisante au babil éreintant.