Critique ciné: Winter Sleep, l'aboutissement

Critique ciné: Winter Sleep, l'aboutissement

DRAME | Avec Sommeil d'hiver, l'oeuvre de Nuri Bilge Ceylan connaît une forme d'aboutissement, au carrefour d'enjeux humains, philosophiques et esthétiques. Un film logiquement récompensé de la Palme d'Or lors du dernier festival de Cannes.


La Palme d'or à Winter Sleep du Turc Nuri Bilge Ceylan

La Palme d'or à Winter Sleep du Turc Nuri Bilge Ceylan

La Palme d'or du Festival de Cannes a été attribuée samedi à Winter Sleep (Sommeil d'hiver) du réalisateur turc Nuri Bilge Ceylan, longue dissection psychologique d'un sexagénaire qui règne en maître sur un village d'Anatolie.


Skype me if you Cannes (3): Le point à 2/3 de la compétition

Skype me if you Cannes (3): Le point à 2/3 de la compétition

On parle de Winter Sleep de Nuri Bilge Ceylan, de Saint Laurent de Bertrand Bonello vers 2'04'', de Maps to the Stars de David Cronenberg vers 5'08'', de The Homesman de Tommy Lee Jones vers 8'03'', de Foxcatcher de Bennett Miller vers 11'44'' et de Still the Water de Naomi Kawase vers 15'48''.


Il était une fois en Anatolie

Il était une fois en Anatolie

DRAME | Le cinéaste turc Nuri Bilge Ceylan signe un film d'une stupéfiante beauté, sondant l'âme humaine dans un chef-d'oeuvre à l'onde persistante.