Pour honorer la mémoire de son père, elle sauve les vestiges du cinéma soudanais

Pour honorer la mémoire de son père, elle sauve les vestiges du cinéma soudanais

Un silence s'installe quand Sara Jadallah passe devant des ruines coincées entre deux immeubles d'une rue de Khartoum. A cet endroit se trouvait autrefois le premier studio de cinéma privé du Soudan, créé par son père dont elle honore la mémoire en sauvant les vieux films de son pays.