Festival Jungle: "Même ceux qui ne s'offrent pas de livres en achètent pour les enfants"
Festival Jungle: "Même ceux qui ne s'offrent pas de livres en achètent pour les enfants"
Festival Jungle: "Même ceux qui ne s'offrent pas de livres en achètent pour les enfants"
Festival Jungle: "Même ceux qui ne s'offrent pas de livres en achètent pour les enfants"
Festival Jungle: "Même ceux qui ne s'offrent pas de livres en achètent pour les enfants"
Festival Jungle: "Même ceux qui ne s'offrent pas de livres en achètent pour les enfants"
Festival Jungle: "Même ceux qui ne s'offrent pas de livres en achètent pour les enfants"
Festival Jungle: "Même ceux qui ne s'offrent pas de livres en achètent pour les enfants"
04927872016-04-22 14:48:092016-04-22 15:02:12Focus VifPas de parutionNormalArticleOlivier Van VaerenberghPar Olivier Van VaerenberghLivres-BDLeVif Focus

Festival Jungle: "Même ceux qui ne s'offrent pas de livres en achètent pour les enfants"

La littérature jeunesse et l'image contemporaine ont enfin leur propre festival indépendant. Une première à Liège, qui donne à voir et à vivre à des pratiques artistiques qui ne se limitent plus aux enfants.

yesrmgimport newsgate2016-04-22 14:48:00http://focus.levif.be/culture/livres-bd/festival-jungle-meme-ceux-qui-ne-s-offrent-pas-de-livres-en-achetent-pour-les-enfants/article-normal-492787.htmlhttp://m.focus.levif.be/culture/livres-bd/festival-jungle-meme-ceux-qui-ne-s-offrent-pas-de-livres-en-achetent-pour-les-enfants/article-normal-492787.htmlhttp://focus.levif.be/culture/livres-bd/http://m.focus.levif.be/culture/livres-bd/
Festival Jungle: "Même ceux qui ne s'offrent pas de livres en achètent pour les enfants"

Le livre pour enfants a bien changé depuis le Père Castor -la collection pour enfants de 1 à 10 ans (c'est précis) lancée par Flammarion dès 1931. Longtemps ghetto fermé et monopolisé par quelques grandes maisons d'édition dont la fameuse Ecole des Loisirs, l'illustration jeunesse est aujourd'hui en pleine mutation, qu'elle soit éditoriale ou artistique. Cette pratique médiatiquement peu couverte se révèle en effet esthétiquement passionnante et parfois d'une modernité à faire pâlir beaucoup de livres dits pour adultes. Elle propose aujourd'hui des discours et de nouvelles pratiques autour de l'image qui méritaient bien une mise en avant, voire un rendez-vous annuel loin des sentiers battus. Une conviction partagée par l'illustrateur liégeois Vincent Mathy et son ami libraire Philippe Marczewski, deux des principaux organisateurs de Jungle, premier festival international et indépendant à se monter en Belgique, voire en Europe, autour de l'illustration jeunesse.

Esprit fanzine

"On retrouve aujourd'hui dans l'illustration jeunesse des artistes qui sont aussi actifs dans la pub, la presse, le packaging, la BD, les arts plastiques..., ont tenté de nous résumer les deux hommes, à quelques jours du lancement de "leur" festival. Des gens qui importent leurs pratiques dans l'illustration jeunesse, qui oxygènent le medium, apportent des préoccupations différentes... Comme ce fut en fait le cas de tous les grands auteurs, de Tomi Ungerer à Bruno Munari: l'illustration jeunesse est la part la plus connue, mais aussi la plus petite, de leur travail. On a tenté de fédérer ici les artistes les plus représentatifs de cette frange moderne, créative et sans oeillères de l'illustration. Et on sent une véritable demande: tout le monde a accepté de venir."

Le livre pour enfants fut longtemps la portion congrue de l'édition. Aujourd'hui, alors que la morosité générale du secteur du livre n'a pas atteint celui de la jeunesse -"Même ceux qui ne s'offrent pas de livres en achètent pour les enfants"-, tout le monde s'y met, y compris de nombreux petits éditeurs indépendants. "Mieux, on voit émerger, comme dans les années 70 en bande dessinée, des auteurs qui se prennent en charge, qui montent leur structure, lancent leur fanzine, leur collectif, continue Vincent Mathy. Des acteurs-producteurs qui remettent beaucoup de choses en perspective, ne prennent pas les enfants pour des cons et proposent une vraie démarche artistique, esthétique." Philippe complète: "Le livre jeunesse a longtemps manqué de diversité, les éditeurs successifs en position de monopole véhiculaient forcément une certaine conception ou vision de la société. Aujourd'hui, aussi parce que l'époque n'est peut-être plus aussi simple à refléter, tout ou presque est possible. Les auteurs ne se posent plus la question de savoir s'ils font une BD, un livre pour enfants, un jeu... Tout se mélange et se diversifie."

Reste parfois un souci, au centre aussi des enjeux de ce premier festival Jungle: les adultes. Vincent Mathy explique: "Même si le public jeunesse s'est élargi, avec des parents qui ont aussi un intérêt pour l'image et qui ne veulent pas se faire chier tous les soirs en couchant leurs enfants, il y a toujours un malaise chez les prescripteurs de manière générale: la grammaire du texte, on connaît, mais celle de l'image, beaucoup moins. Affirmer que la lecture ce n'est pas que le texte, mais c'est aussi l'image, est un discours encore difficile à faire passer, même dans les écoles." Philippe complète, avec son expérience: "Il existe depuis près de 20 ans un formidable bouquin, Tout un monde, un imagier muet chez Thierry Magnier (de Kathy Couprie et Antonin Louchard, NDLR). Il propose plein de formes de représentation, du dessin, de la peinture, des radios, des choses abstraites, où chaque image se suit et a un lien même lointain avec la précédente. Ce livre permet à un enfant dès 2 ans de verbaliser, de penser l'image lui-même, de créer sa propre histoire ou simplement de constater les différences de représentation... Et il marche du tonnerre, ils y plongent tous ou presque. Mais il y a le filtre des parents. Qui, eux, ne comprennent pas, ne savent pas comment l'aborder ou veulent du sens avant même d'en chercher. Beaucoup attendent des histoires linéaires, une lecture du monde, ces fameux "livres-médicaments" qui véhiculent d'abord un thème, qui rassurent. Mais le livre jeunesse, ce n'est pas l'école. "

Jungle, an 1

"Mettre à l'honneur la création contemporaine dans l'édition destinée à la jeunesse. Etre un espace de rencontres, d'échanges et une fenêtre ouverte sur les paysages internationaux de l'illustration. Sortir des sentiers battus. Créer de la convivialité. Jouer un rôle dans la vie d'une société ouverte..." La déclaration d'intention du premier festival Jungle ne manque pas d'ambitions. Dès ce vendredi 22, les artistes contemporains et internationaux les plus intéressants de l'édition jeunesse donnent rendez-vous à leurs lecteurs dès l'âge de 2 ans. Outre des expos installées jusqu'en mai au cercle des Beaux-Arts, au Chiroux ou à la Maison des métiers d'arts, c'est sur et autour de la place Xavier-Neujean (librairie Livre aux Trésors, salle de concert Reflektor, cinéma La Sauvenière) que l'image sera mise à l'honneur: des rencontres, des signatures, des lectures, mais aussi beaucoup d'ateliers créatifs organisés autour des artistes invités, et moult déclinaisons vivantes de cet art de l'image, des garderies créatives de l'atelier graffiti aux livres-objets de Michel Liégeois, sans oublier la boum organisée par le collectif Articho samedi après-midi. A vivre avec tous les enfants, y compris celui qui est en nous.

FESTIVAL JUNGLE, DU 22 AU 24/04 À LIÈGE, PRINCIPALEMENT SUR ET AUTOUR DE LA PLACE XAVIER-NEUJEAN, WWW.JUNGLEFESTIVAL.BE

21van-vaerenbergh-olivierJournaliste livres & BDVan VaerenberghOlivierreporter/assets/88/avatar_45382.jpghttp://focus.levif.be/culture/auteurs/olivier-van-vaerenbergh-21.htmlhttp://m.focus.levif.be/culture/auteurs/olivier-van-vaerenbergh-21.htmlFestival Junglelivres pour enfantslittérature jeunesseLiège