Le clip de "About to Die" de Dirty Projectors

Le clip de "About to Die" de Dirty Projectors

On avait pu apercevoir quelques extraits des différents univers des américains de Dirty Projectors dans leur court métrage Hi Custodian. Avec About to Die, on retrouve Dave Longstreth dans le rôle du malade en fin de vie, plutôt bien entouré. Certaines scènes prennent place dans un camion qui déambule à travers l'Amérique, le même qui figure sur la pochette de leur album Swing Lo Magellan. Dirty Projectors sera à Bruxelles, le 20 octobre à l'Ancienne Belgique. (L.Me.)


Un court métrage pour Dirty Projectors

Un court métrage pour Dirty Projectors

Les New-Yorkais de Dirty Projectors viennent de sortir un court métrage de 20 minutes: Hi Custodian. Réalisé par David Longstrethn, chanteur et guitariste du groupe, la vidéo a été tournée en à peine 5 jours en Californie du Sud. Les images sont accompagnés de plusieurs titres de Swing Lo Magellan, dernier album des Dirty Projectors sorti le 10 juillet. On y entend notamment Offspring Are Blank, About To Die, Gun Has No Trigger, See What She Seeing, The Socialites, et Just From Chevron.


Major Lazer: le clip de "Get Free" réalisé par So-Me

Major Lazer: le clip de "Get Free" réalisé par So-Me

Diplo vient de balancer un clip pour Get Free, tuerie radiophonique de son projet électro dans laquelle Amber des Dirty Projectors se charge des parties vocales. Et pour illustrer le morceau, ce n'est pas moins que So Me, réalisateur fétiche de la team Ed Banger, qui a été choisi. La vidéo, aux accents de documentaire sur le monde de la nuit et tourné en Jamaïque pour l'occasion, est sans doute le premier clip "classique" de l'ex-partenaire de Switch (on se souvient notamment du clip carrément surréaliste de Original Don, hommage décalé au jumpstyle). (K.D.)


Dirty Projectors - Swing Lo Magellan

Dirty Projectors - Swing Lo Magellan

POP | Dave Longstreth et ses disques ne sont pas ce qu'il y a de plus facile à suivre dans la musique d'aujourd'hui. Le New-Yorkais a toujours eu l'esprit aussi tordu que ses chansons.


Les Dirty Projectors n'ont pas projeté grand chose

Les Dirty Projectors n'ont pas projeté grand chose

En fin d'après-midi, au moment où Vampire Weekend quittait la grande scène, c'était au tour des Dirty Projectors d'entamer leur concert au Marquee. Soit deux groupes new-yorkais, tous les deux sous influences africaines. Les premiers pour en tirer une pop solaire, les seconds pour creuser une veine plus expérimentale. Difficile en fait de faire plus branché que les Dirty Projectors, trois garçons, trois filles, qui collaborent aussi bien avec David Byrne que Bjork ou Rusko. De là à toucher le public de Werchter...