Denis Bajram: "Si les artistes ne prennent plus de risques, qui s'en chargera?"

Denis Bajram: "Si les artistes ne prennent plus de risques, qui s'en chargera?"

Denis Bajram - À la réduction des subventions, au délestage de la culture à la RTBF et à la précarisation du statut des artistes s'ajoute un climat délétère aux relents populistes qui tente de faire passer l'art pour une lubie d'aristos. Qu'en pensent les principaux intéressés? La parole à Denis Bajram, scénariste et dessinateur.