Io e Te (Moi et toi)
Io e Te (Moi et toi)
Io e Te (Moi et toi)
Io e Te (Moi et toi)
Io e Te (Moi et toi)
Io e Te (Moi et toi)
081532013-05-07 12:11:04Focus VifPas de parutionReviewArticleJean-François PluijgersPar Jean-François PluijgersCinéma

Io e Te (Moi et toi)

DRAME | Dix ans après The Dreamers, Bernardo Bertolucci est de retour avec Io e Te, un drame intimiste à l'écoute des aspirations et hésitations de deux jeunes gens.

2013-05-07 12:11:09LeVif Focusauto2013-05-07 12:11:09http://focus.levif.be/culture/cinema/io-e-te-moi-et-toi/article-review-8153.htmlhttp://m.focus.levif.be/culture/cinema/io-e-te-moi-et-toi/article-review-8153.htmlhttp://focus.levif.be/culture/cinema/http://m.focus.levif.be/culture/cinema/
Io e Te (Moi et toi)

Dix ans après The Dreamers, Io e Te consacre le retour derrière la caméra d'un Bernardo Bertolucci que la maladie avait longtemps tenu éloigné des plateaux de cinéma. Le réalisateur italien renoue ici avec l'un de ses thèmes de prédilection, la jeunesse, ses enjeux et ses états émotionnels, sève d'une bonne partie de sa filmographie depuis Prima della Rivoluzione, en 1964. Soit, en l'occurrence, l'histoire de Lorenzo (Jacopo Olmo Antinori), un adolescent solitaire et renfermé qui va mettre à profit les classes de neige pour se retrancher un peu plus du monde, s'installant à l'insu de tous pour une semaine dans la cave inutilisée de son immeuble. Le jeune homme a minutieusement préparé son séjour; le hasard viendra bousculer ses plans en la personne de sa demi-soeur Olivia (Tea Falco), écorchée vive de 25 ans débarquée là sans crier gare. Et qui, telle une irruption soudaine d'une réalité problématique, va l'entraîner malgré lui dans une confrontation aussi troublante que féconde.

Modeste assurément, et non moins fragile, Io e Te traduit cependant l'inspiration et la vitalité retrouvées d'un cinéaste aujourd'hui septuagénaire. Au confluent d'un double mal-être, Bertolucci bâtit une relation d'une belle consistance, avec l'aide de deux comédiens débutants dont c'est peu de dire qu'ils ont une sensibilité à fleur de peau. Il signe, au gré d'une mise en scène inventive, un huis clos claustrophobique étrangement aspiré vers la lumière. Jusqu'à atteindre à la magie pure au son du Space Oddity de David Bowie en version italienne (Ragazzo solo, Ragazzo sola), moment comme arraché à l'espace-temps cinématographiquepour ouvrir sur un infini de possibles.

Drame de Bernardo Bertolucci. Avec Jacopo Olmo Antinori, Tea Falco, Sonia Bergamasco. 1h37. Sortie: 08/05.

<iframe width="460" height="259" src="http://www.youtube.com/embed/CYdCVH0KHCI?rel=0" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>
8pluijgers-jean-francoisJournaliste cinémaPluijgersJean-Françoisreporter/assets/88/avatar_45372.jpghttp://focus.levif.be/culture/auteurs/jean-francois-pluijgers-8.htmlhttp://m.focus.levif.be/culture/auteurs/jean-francois-pluijgers-8.htmldrameBernardo BertolucciIo e Te
019882013-03-18 20:28:17Focus VifPas de parutionNormalArticleCinéma

Skype me if you Cannes (8): Walter Salles, Bernardo Bertolucci et Patar, Aubier et Renner

Retrouvez chaque jour notre critique cinéma Jean-François Pluijgers en direct du festival de Cannes. Aujourd'hui, on parle de "On the Road", de "Io e Te" et de "Ernest et Célestine". Skype me if you Cannes, épisode 8.

2012-05-24 12:46:00LeVif Focusauto2012-05-24 12:45:59http://focus.levif.be/culture/cinema/skype-me-if-you-cannes-8-walter-salles-bernardo-bertolucci-et-patar-aubier-et-renner/article-normal-1988.htmlhttp://m.focus.levif.be/culture/cinema/skype-me-if-you-cannes-8-walter-salles-bernardo-bertolucci-et-patar-aubier-et-renner/article-normal-1988.htmlSkype me if you Cannesstéphane aubiervincent patarOn the RoadWalter SallesBernardo BertolucciIo e TeBenjamin RennerErnest et Célestine