[À la télé ce soir] Jimmy P. (Psychothérapie d'un Indien des plaines)

[À la télé ce soir] Jimmy P. (Psychothérapie d'un Indien des plaines)

Pour son premier film américain, Arnaud Desplechin adapte limpidement l'ouvrage fondateur de Georges Devereux; récit complet d'une psychanalyse dont il extrait la sève romanesque, pour en faire aussi celui de la naissance d'une amitié.

La vie est arrivée

La vie est arrivée

Jean-François Pluijgers - Avec Les Fantômes d'Ismaël, Arnaud Desplechin signe une oeuvre-gigogne, emmêlant les fils de la fiction dans un récit frénétique débouchant paradoxalement sur ce qui est peut-être son film le plus apaisé...

L'édito: Avis de disparitions

L'édito: Avis de disparitions

Laurent Raphaël - Cela pourrait relever de la pure coïncidence. Mais quand deux romans, un film et quelques séries télé, sans compter les exemples qui ont échappé à notre radar, tirent simultanément sur le même fil narratif, on est tenté d'y voir des résonances et même des symptômes de quelque chose de plus profond.

De L'Équipée sauvage à Trainspotting, petite histoire du film générationnel

De L'Équipée sauvage à Trainspotting, petite histoire du film générationnel

Jean-François Pluijgers - Avec Trainspotting, Danny Boyle ne suivait pas seulement une bande de junkies pathétiques de Edinburgh, il dressait le portrait grinçant d'une époque, signant, sur les pas de Renton, Spud, Begbie et des autres, un modèle de film générationnel.

Jimmy P. (Psychothérapie d'un Indien des plaines)

Jimmy P. (Psychothérapie d'un Indien des plaines)

DRAME | Pour son premier film américain, Arnaud Desplechin adapte limpidement l'ouvrage fondateur de Georges Devereux; récit complet d'une psychanalyse dont il extrait la sève romanesque, pour en faire aussi celui de la naissance d'une amitié.

Skype me if you Cannes (4): Kore-eda, frères Coen et Desplechin

Skype me if you Cannes (4): Kore-eda, frères Coen et Desplechin

Durant festival de Cannes, retrouvez tous les jours notre critique cinéma Jean-François Pluijgers. Quatrième épisode, où on parle de Tel père tel fils de Hirokazu Kore-eda, de Inside Llewyn Davis des frères Coen et de Jimmy P. d'Arnaud Desplechin.