Le théâtre de La Louvière fait peau neuve

28/06/17 à 14:27 - Mise à jour à 14:30

Fermé depuis 2009, le théâtre louviérois s'apprête à rouvrir ses portes après de coûteux travaux. Et annonce d'ores et déjà une programmation bien torchée, sous la direction de Vincent Thirion (Charleroi-Danses).

Le théâtre de La Louvière fait peau neuve

La rénovation du théâtre de La Louvière aura duré 6 ans et coûté 13 millions d'euros. © Fabrice Plas

"À La Louvière, y a rien. C'est bien simple, quand tu arrives, si tu ne vois rien du tout, tu sais que tu es bien arrivé", ironise en substance Freddy Tougaux. C'est que l'humoriste originaire de la région du Centre s'est, le temps d'une visite de presse du théâtre de La Louvière remis en état, réhabilité en "G.O." lent du ciboulot et prompt à dégainer des clichés à la pelle. La Louvière, morne plaine? Non, la cité des loups est loin d'être pauvre en culture (Dragone, Keramis, Centre Indigo, Palace...), mais il lui manquait clairement une salle de spectacle d'envergure depuis la fermeture de son théâtre en 2009.

C'est désormais chose corrigée... ou presque. Après six ans de travaux, qui ont tout de même coûté la bagatelle de 13 millions d'euros (contre les 6 annoncés initialement), le théâtre de la place Communale s'apprête à être ressuscité. Et ses 954 sièges pourront accueillir le public louviérois dès la rentrée, avant l'ouverture officielle prévue pour le 15 novembre avec le Slava's Snowshow.

Des couleurs vives pour le backstage (bleu) et les locaux du personnel (jaune).

Des couleurs vives pour le backstage (bleu) et les locaux du personnel (jaune).

Pour avoir vu les travaux presque finis (restait encore à installer quelques sièges, à habiller la scène, à fignoler l'entrée...), on peut dire que ça a déjà de la gueule. Il faut dire que la liste des rénovations est longue comme le bras: "extension de la cage de scène et du plateau, renforcement des murs, remplacement de la toiture, création d'espaces de vie et de travail, nouvelles loges, remplacement des sièges, de la tenturerie, des éclairages, intégration de l'oeuvre d'art de Michel Moffarts et la mise en abime de certaines parties du théâtre au travers l'utilisation de couleurs vives... Tout cela a été pensé afin de conserver l'esprit 58/expo universel cher à ce lieu", explique la ville pas peu fière de s'être dotée d'"une des salles les mieux équipées de Wallonie, qui permet de vraies prouesses techniques". L'installation sonore, préoccupation centrale, a d'ailleurs été mise au point par les acousticiens du Palais 12, aux mérites vantés par l'ingé son de U2.

Demandez le programme

Si le théâtre doit encore se trouver un nom (qu'on promet pour la rentrée après un appel à projet participatif), le Centre Culturel de la Région du Centre a déjà travaillé d'arrache-pied sur la programmation de la salle, qui est déjà bien remplie d'octobre 2017 à juin 2018. C'est Vincent Thirion, qui a dirigé Charleroi-Danses pendant plus de dix ans, qui chapeaute le tout et n'est pas peu fier d'annoncer "qu'il ne faudra plus courir jusque Mons ou Charleroi" pour voir des spectacles de qualité.

À l'affiche, on pourra retrouver de la musique (Christophe, Albin de la Simone, Fishbach, An Pierlé, Flavia Coelho, Saule, Luz Casal...), du théâtre (Les Franglaises, Is There Life on Mars?, On the Road... A, Save the Date...) de la danse (Alain Platel des Ballets C de la B...) et même du cinéma au travers de soirées "Plan fixe" qui promettent une "immersion totale dans l'univers d'un film qui ne sera pas annoncé à l'avance". En outre, les parents pourront profiter d'un babysitting organisé sur place puisque Vincent Thirion veut "accompagner globalement la venue au théâtre" des spectateurs.

Plein de belles promesses qui n'attendent qu'à être tenues: rendez-vous est pris dès la rentrée pour en juger sur pièce...

Installation des nouveaux sièges.

Installation des nouveaux sièges. © Fabrice Plas

Infos et tickets: www.ccrc.be

Nos partenaires