Kunstenfestivaldesarts, mélodies en sous-sol

06/05/16 à 12:17 - Mise à jour à 15:34

Source: Le Vif/l'express

Toujours aussi multidisciplinaire et international, le Kunstenfestivaldesarts bruxellois porte un regard élargi sur la création contemporaine. Il s'articule cette année autour de spectacles qui creusent le thème des origines, avec notamment le Français Philippe Quesne, et de créations en prise sur les technologies modernes.

Swamp Club, le dernier spectacle de Philippe Quesne, mettait en scène un centre d'art perdu au milieu des marais, dont l'équipe était au final sauvée d'une menace imminente par une taupe géante emmenant les hommes dans les profondeurs. Rebondissant comme à son habitude sur une création pour mettre au monde la suivante, le metteur en scène a décidé de s'intéresser d'encore plus près au petit mammifère. La Nuit des taupes, qui sera créé en ouverture du Kunstenfestivaldesarts (du 6 au 9 mai), réunit sur scène sept spécimens de l'animal fouisseur. "Ces sept taupes grognent, communiquent entre elles, chantent et font beaucoup de musique dans une sorte de monde festif qu'elles développent dans les sous-sols, précise-t-il. J'avais envie que le spectacle baigne dans une atmos-phère musicale assez sombre, de rock, de guitare. Un des interprètes joue du thérémine, un instrument électronique qui fonctionne avec les ondes. C'était intéressant d'explorer ça avec les taupes."
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires