Critique théâtre: Empereur de l'impossible

Critique théâtre: Empereur de l'impossible

L'empereur Caligula prend possession des ruines de l'abbaye de Villers-la-Ville. Dans la mise en scène de Georges Lini, les mots de Camus sont du cousu main pour le comédien Itsik Elbaz.

[Critique théâtre] WaW: Vous les femmes

[Critique théâtre] WaW: Vous les femmes

En faisant passer ses danseurs masculins d'un sexe à l'autre dans WaW - We Are Woman, le chorégraphe Thierry Smits démontre indirectement que le chemin est encore long dans la déconstruction des clichés genrés.

Kunstenfestivaldesarts: Orphic Exuberance versus Solar Capitalism

Kunstenfestivaldesarts: Orphic Exuberance versus Solar Capitalism

Une bataille cosmique se joue au sommet du KVS, dans le cadre du Kunstenfestivaldesarts. Entre primitivisme et nouvelles technologies, Orphic Exuberance versus Solar Capitalism entend ouvrir les yeuxsur d'autres mondes possibles.

[Critique théâtre] Quand la sève monte

[Critique théâtre] Quand la sève monte

Avec une bande de comédiens qui n'ont pas froid aux yeux, Armel Roussel monte L'Éveil du printemps de Wedekind. Ce panorama des tourments adolescents n'a pas pris une ride en 127 ans.

[Critique théâtre] François Chaignaud, seul et époustouflant

[Critique théâtre] François Chaignaud, seul et époustouflant

Charleroi Danse clôturait son nouveau festival LEGS, sur la mémoire et la transmission dans la danse, avec une prestation solo de haut vol signée François Chaignaud: Dumy Moyi, une performance chantée et dansée sous forme de voyage dans le temps et l'espace.

[Critique théâtre] Aux frontières du réel

[Critique théâtre] Aux frontières du réel

À la fois rétro et très contemporain, Blue Book Legacy décape dans un théâtre-vidéo énergique les codes du film d'extraterrestres.

[Critique théâtre] Mon élue noire, sacre africain

[Critique théâtre] Mon élue noire, sacre africain

Plus installation-performance que véritable spectacle de danse, Mon élue noire revisite le ballet Le Sacre du printemps avec une seule interprète, la doyenne sénégalo-béninoise Germaine Acogny. Oppressant et politiquement fort.

[Critique théâtre] Dernier lit, l'amour à mort

[Critique théâtre] Dernier lit, l'amour à mort

Christophe Sermet donne chair à une des dernières nouvelles publiées du vivant d'Hugo Claus. Dernier lit a été créé ce 19 mars 2018, soit dix ans jour pour jour après la mort, choisie, de l'écrivain flamand.

[Critique théâtre] Guerre, entre ciel et terre

[Critique théâtre] Guerre, entre ciel et terre

Le Festival Up! accueillait ce week-end la première belge de Guerre, aspiration vers les hauteurs chorégraphiée par Samuel Mathieu. Un diamant brut acrobatique qui a laissé bouche bée.

[Critique théâtre] Bruxelles, deux ans après

[Critique théâtre] Bruxelles, deux ans après

Avec une foule bigarrée de comédiens et une efficace sobriété, Philippe Sireuil met en scène le kaléidoscope écrit par Jean-Marie Piemme autour des attentats de Bruxelles. Bruxelles, printemps noir pose questions de façon sereine, drôle parfois, jusqu'au fantastique.

[Critique théâtre] Moi, Frankenstein, six mètres de haut

[Critique théâtre] Moi, Frankenstein, six mètres de haut

Un pantin géant à fils, un casting belgo-allemand, une musique live dramatique et quelques touches d'humour: le Frankenstein monté par Jan-Christoph Gockel au Théâtre National est aussi impressionnant que décousu.

[Critique théâtre] Seul, si seul

[Critique théâtre] Seul, si seul

Le meilleur seul en scène de 2016 revient au Poème 2, avec un Angelo Bison en génie effrayant.

[Critique théâtre] Coupés en deux

[Critique théâtre] Coupés en deux

Tel un magicien jouant le tour de la femme sciée en deux, le chorégraphe suisse Philippe Saire découpe scène et salle, en dotant par la même occasion le public du don d'ubiquité. Dans Cut, les spectateurs voient successivement deux fois la même chose depuis deux endroits différents. Une expérience troublante.

[Critique théâtre] Gen Z: talkin' 'bout my generation

[Critique théâtre] Gen Z: talkin' 'bout my generation

À travers plusieurs villes d'Europe, Salvatore Calcagno a recueilli la parole de représentants de la génération Z, celle des jeunes nés après 1995. Dans Gen Z, il la restitue en mélangeant réalité et fiction, comédiens professionnels et vrais élèves, avec une liberté rafraîchissante.