[Critique théâtre] François Chaignaud, seul et époustouflant

02/05/18 à 12:16 - Mise à jour à 13:59

Charleroi Danse clôturait son nouveau festival LEGS, sur la mémoire et la transmission dans la danse, avec une prestation solo de haut vol signée François Chaignaud: Dumy Moyi, une performance chantée et dansée sous forme de voyage dans le temps et l'espace.

Pour parler de Dumy Moyi, il faut d'abord parler du theyyam. Dans cette danse rituelle pratiquée dans le Kerala, État de la pointe méridionale de l'Inde, les interprètes sont métamorphosés par d'énormes coiffes, robes, parures, parfois par des éléments collés sur le visage et toujours par un maquillage raffiné et ultra coloré qui les font sortir du domaine humain. Ils deviennent des dieux, dont la bénédiction est sollicitée par les spectateurs. Ce type de danse sacrée a été une des sources d'inspiration de François Chaignaud pour ce solo -une escapade hors de sa collaboratio...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires