[Critique théâtre] Danseurs en boîtes

21/02/18 à 09:31 - Mise à jour à 09:31

Avec quatre cagoules et deux boîtes noires, la chorégraphe Karine Ponties échafaude quelques métaphores évocatrices sur notre nature humaine. Ou comment garder le sourire quand tout nous dépasse.

[Critique théâtre] Danseurs en boîtes

Le sourire des égarés © Andrea Messana

Le sourire des égarés, voilà un titre qui fleure dès le départ l'énergie du désespoir. Les égarés en question, ce sont quatre danseurs -deux hommes, deux femmes- qui semblent pris dans des forces les dépassant et qui perdent parfois leur humanité par l'intermédiaire d'une cagoule les transformant en mannequins, en poupées. Au fil d'une danse qui joue non sur la virtuosité mais sur l'étrange, la chorégraphe française basée à Bruxelles Karine Ponties les fait sortir d'un monolithe où s'encastre un cube, avec des effets d'apparitions/disparitions à la jack-in-the-box. Un espace restreint d'où tout part et où tout finit et où ils doivent tous les quatre s'entasser, à l'image de notre petite planète qu'il faut se partager à plus de 7 milliards.

Mouvements impossibles, duo d'automates, pose "mie" comme dans le kabuki, dos transformé en visage... L'atmosphère est d'abord lynchienne avant de virer dans une seconde partie à l'absurde et au clownesque, en décrochant le sourire de l'intitulé. Eric Domeneghetty devient ainsi progressivement obèse, en enfilant la succession presque infinie de pantalons et de chemises que lui tend incessamment Ares D'Angelo. Sous les couches démultipliées, ses mouvements deviennent de plus en plus contraints. Manipulé par les autres, il finit mis en boîte. Une métaphore de nos existences où l'on ploie sous l'abondance? Il se dégage en tout cas ici un parfum d'aliénation, depuis le premier rai jusqu'à la fermeture de la guillotine lumineuse. Sombre, mais éclairant.

Le sourire des égarés, du 22 au 24 février aux Brigittines à Bruxelles, en ouverture du festival In Movement (du 22 février au 24 mars), www.brigittines.be

Vu en création au Théâtre de Liège dans le cadre du Festival Pays de Danses (jusqu'au 24 février), www.theatredeliege.be

Nos partenaires