Avignon: Les spectacles d'ouverture du festival annulés

04/07/14 à 10:13 - Mise à jour à 23/07/14 à 15:37

Source: Belga

Les deux spectacles d'ouverture du prestigieux festival de théâtre d'Avignon, dans le sud de la France (128.000 spectateurs l'an dernier) prévus vendredi soir ont été annulés en raison du mouvement de grève des intermittents, a annoncé le directeur du festival, Olivier Py.

Avignon: Les spectacles d'ouverture du festival annulés

Des intermittents du OFF ont interrompu les répétitions du "Prince de Hombourg" le 2 juillet dernier à Avignon. © AFP/Boris Horvat

Cette annulation fait suite à un vote des équipes, a précisé Olivier Py lors d'une conférence de presse. Les intermittents (artistes, techniciens, régisseurs exerçant leur activité en alternant périodes d'emploi et de chômage) dénoncent leur nouvelle convention de chômage qui durcit les conditions d'indemnisation des périodes d'inactivité, dans un secteur où l'emploi précaire est la règle.

L'ouverture du Festival d'Avignon compromise par la grève des intermittents

Ce matin, on annonçait que l'ouverture du festival de théâtre d'Avignon était fortement compromise, après le vote d'une majorité du personnel en faveur d'une grève, en soutien au mouvement des intermittents.

Lors d'une assemblée générale, 204 salariés du festival ont voté jeudi soir pour la grève, 144 contre et 4 se sont abstenus, selon un représentant du syndicat CGT Spectacle.

Les intermittents (artistes, techniciens, régisseurs exerçant leur activité en alternant périodes d'emploi et de chômage) dénoncent leur nouvelle convention de chômage qui durcit les conditions d'indemnisation des périodes d'inactivité. "Ça ne nous dit pas grand chose pour les deux spectacles de ce soir. Nous devrions savoir dans la matinée qui fait grève ou pas, et quel sera l'impact sur les spectacles", a souligné vendredi matin le directeur du festival, Olivier Py.

Deux premières marquent l'ouverture du plus emblématique des festivals de l'été: Le Prince de Hombourg, pièce mythique créée à Avignon par son fondateur Jean Vilar en 1951 avec Gérard Philipe, et Coup fatal, un ballet d'Alain Platel avec des musiciens traditionnels de Kinshasa.

"Chaque représentation annulée coûterait 45.000 euros", a précisé Paul Rondin, le second d'Olivier Py.

Le spectre de l'annulation totale s'est toutefois éloigné, après le vote mardi du personnel à 80% contre une grève frappant l'ensemble des représentations. "Ils veulent marquer leur présence et leur engagement militant, mais en même temps ils veulent jouer", a estimé la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti sur la radio RTL, disant comprendre "l'inquiétude des intermittents".

En savoir plus sur:

Nos partenaires