ATDK: "L'éphémère est l'essence même de la danse"

03/10/16 à 11:20 - Mise à jour à 19:19

Source: Le Vif/l'express

Anne Teresa De Keersmaeker reprend son sublime Rain quinze ans après sa création tandis que le Ballet de l'opéra de Lyon redonne à voir l'historique Dance de Lucinda Childs. Une lutte contre le temps et l'oubli.

"Contrairement à la peinture, à la littérature ou à l'architecture, la danse ne laisse pas de traces tangibles, ne produit pas d'objet qui demeure. La danse n'existe que quand elle est incarnée. C'est d'ailleurs pour cela qu'elle occupe une place unique. Je considère la danse comme l'art le plus contemporain, car qu'y a-t-il de plus contemporain que le corps? Il s'agit là d'une différence cruciale avec les autres arts, même avec la musique, car grâce aux partitions, on peut encore aujourd'hui jouer des pièces de Jean-Sébastien Bach. Je pense que beaucoup de gens ne sont pas conscients de cela."
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires