Who's next? Nos découvertes, claques et belles surprises au festival Le Guess Who?

17/11/17 à 14:44 - Mise à jour à 15:07
Du Le Vif Focus du 17/11/17

Programmations confiées à des curateurs, projets fêlés, concerts secrets... Pointu, exigeant et voyageur, Le Guess Who? dézingue les frontières et réinvente le festival, célèbre le Black Power à travers le tarot et brunche chez l'habitant...

Refuser les formules. Éviter les formats. Briser les frontières sur l'autel de l'intelligence, de l'exigence et de la qualité. Créé en 2007 dans la charmante et estudiantine ville d'Utrecht, entre ses églises et ses canaux, dans ses clubs historiques et son gigantesque complexe (le Tivoli) aux allures de paquebot culturel, Le Guess Who? est devenu en dix ans le symbole du festival résistant. Le poing et le vinyle brandis contre la vacuité, la mièvrerie et l'uniformisation. Pointu le festival hollandais? Certainement. Et fier de l'être. Mais pas élitiste pour autant. "Je déteste les élites, explique Bob van Heur (l'un des boss du tourneur indépendant Belmont Booking), qui a créé le rendez-vous mélomane avec l'alors programmateur du Tivoli Johan Gijsen. Pour moi, tout est pop. On peut très bien faire une tête d'affiche d'artistes qui a priori n'en sont pas une pour les autres. Tout dépend toujours de comment les choses sont présentées. Nous n'avons jamais voulu construire ce festival sur des groupes à succès. La perspective ici a toujours été exclusivement artistique. La première année, on avait bâti une programmation 100% canadienne, mais on s'est très vite dit que se concentrer sur un pays ne rendrait pas la programmation plus intéressante. On invite des musiciens qui selon nous mériteraient davantage de succès."
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires