Tracey Thorn, entre féminisme et chroniques du quotidien

28/03/18 à 15:54 - Mise à jour à 15:56
Du Le Vif Focus du 22/03/18

Voix unique de la pop britannique, la moitié chantante d'Everything but the Girl sort un nouvel album, Record. Entre effervescence dance, tubes féministes et chroniques sociales désarmantes.

Ne cherchez pas ses prochaines dates de concert: il n'y en a pas. "J'ai arrêté la scène. Je n'aime pas ça. En tout cas pas assez pour partir pendant des mois en tournée." Et tant pis si le live est devenu le dernier endroit où toucher encore le pactole dans une industrie musicale désargentée: Tracey Thorn s'en fout. Une question de génération. De parcours aussi. "Je dois avouer que je suis dans une position très chanceuse: j'ai eu assez de succès dans le passé pour ne pas être trop inquiète. Aujourd'hui, c'est très compliqué de vivre de la musique, si vous ne connaissez pas un immense succès. Mais quand on a démarré dans la scène indie pop des années 80, ce n'était pas le cas. Vous ne deviez pas forcément être une popstar énorme pour vendre un nombre raisonnable de disques." En effet. Sans doute l'intéressée n'aurait-elle même jamais pu percer à un autre moment que durant la décennie 80. Du moins pas de cette manière: sans jamais donner l'air de forcer, presque sur la pointe des pieds. D'ailleurs, aujourd'hui encore, son nom ne frappe pas directement les esprits. Tracey Thorn? Ah oui, la fille d'Everything but the Girl (EBTG) et du tube Missing. Ou encore: la chanteuse du Protection de Massive...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires